Index
1 La chanson de Roland
2 Le roman de Tristan et Iseut
3 Le Roman de Perceval ou le conte du Graal
4 Le roman de la rose
5 François Villon
6 Francois Rabelais
7 La pléiade
8 Michel de Montaigne
9 René Descartes et le rationalisme
10 Pierre Corneille
11 Molière
12 Blaise Pascal
13 Jean Racine
14 Jean de la Fontaine
15 Nicolas Boileau
16 Madame de la Fayette
17 Marivaux
18 L'Abbé Prevost
19 Voltaire
20 Montesquieu
21 Denis Diderot
22 Jean-Jacques Rousseau
23 Beaumarchais
24 Chateaubriand
25 Benjamin Constant
26 Alphonse de Lamartine
27 Alfred de Vigny

10. Pierre Corneille

10.1. Le Cid (1636)

Personnages:
DF
DON FERNAND, premier roi de Castille.
DD
DON DIEGUE, père de don Rodrigue.,
LC
LE COMTE,père de Chimène, général de l’armée
DR
DON RODRIGUE, amant de Chimène.
CH
CHIMÈNE, fille du comte.
DS
DON SANCHE, amoureux de Chimène.
DA
DON ALONSE, gentilhomme de la Cour.
ACTE I
LC
Enfin,vous l'emportez¨ et la faveur du Roi
triomphez
Vous élève¨ en un rang qui n’était dû qu'a moi:
porte
Il vous fait gouverneur du prince de Castille 1
DD
Cette marque¨ d'honneur qu'il met dans ma famille
signe
Montre à tous qu'il est juste, et fait connaître assez
Qu'il sait récompenser¨ les services passés.
gratifier
LC
Pour¨ grands que soient les rois,ils sont ce que nous sommes
si
Ils peuvent se tromper comme les autres hommes;
Et ce choix sert de preuve¨ à tous les courtisans¨
signe; gens de la cour
Qu'ils savent mal payer les services présents.
DD
Ne parlons plus d'un choix dont votre esprit s'irrite,
La faveur l'a pu faire autant que le métrite¨
capacités
LC
Parlons-en mieux, le Roi fait honneur à votre âge.
DD
Le Roi,quand il en fait, le mesure¨ au courage.
apprécie
LC
Et par là cet honneur n’était dû qu'à mon bras ma force
DD
Qui n'a pu l'obtenir¨ ne le méritait pas.¨
avoir; n'en avait pas le droit
LC
Ne le méritait pas! Moi?
DD
                        Vous!
LC
                              Ton impudence¨
irrespect
Téméraire¨ vieillard, aura sa récompense¨
imprudent; ici: punition
(Il lui donne un soufflet)¨
le frappe au visage
DD
Achève¨ et prends ma vie après un tel affront
fini
Le premier dont ma race¨ ait vu rougir son front
famille
LC
Et que penses-tu faire avec tant de faiblesse?
DD
O Dieu! ma force en ce besoin¨ me laisse¨ !
nécessité; quitte
DD
Rodrigue,as-tu du cœur?¨
courage
DR
                       Tout autre que mon père ¨
ressentirait
L’éprouverait sur l'heure¨
immédiatement
DD
                     Agréable colère¨
fureur
Ma jeunesse revit en cette ardeur¨ si prompte.
énergie
Viens,mon fils, viens, mon sang, viens réparer ma honte¨
déshonneur
Viens me venger.
DR
              De quoi?
DD
                       D'un affront si cruel,
Qu'a l'honneur de tous deux il porte un coup mortel¨
fatal
D'un soufflet. L'insolent¨ en eût¨ perdu la vie;¨
; aurait; homme irrespectueux
Mais mon age a trompe ma généreuse envie¨
noble désir
Et ce fer que mon bras ne peut plus soutenir
Je le remets au tien pour venger et punir.
Va contre un arrogant éprouver¨ ton courage;
tester
Ce n'est que dans le sang qu'on lave un tel outrage¨
offense
Meurs ou tue. Au surplus¨ pour ne te point flatter
au reste
Je te donne à combattre un homme a redouter¨
craindre
Plus que brave soldat, plus que grand capitaine,;
C'est..
DR
       De grâce¨ achevez¨
s'il vous plaît; dites tout
QD
                           Le père de Chimène.
DR
Le...
DD
       Ne réplique¨ point, je connais ton amour;
réponds
Mais qui peut vivre infâme¨ est indigne¨ du jour.
sans honneur; n'a pas droit au
Je ne te dis plus rien. Venge-moi, venge-toi;
Montre-toi digne fils d'un père tel que moi.
DR
Percé¨ jusques au fond du cœur
blessé
DR
À moi,Comte,deux mots.
LC
D'une atteinte¨ imprévue aussi bien-que mortelle
choc
Misérable vengeur d'une juste querelle¨
conflit
Et malheureux objet d'une injuste rigueur¨
fatalité
Je demeure¨ immobile, et mon âme abattue
reste
Cède¨ au coup qui me tue.
capitule
Si près de voir mon feu¨ récompensé¨
amour; realisé
O Dieu,l’étrange peine¨ !
malheur
En cet affront¨ mon père est l’offensé,
offense
Et l'offenseur le père de Chimène
Il vaut mieux courir au trépas¨
à la mort
Je dois à ma maîtresse aussi¨ bien"qu'a mon père:
autant
J'attire en me vengeant sa haine¨ et sa colère¨
horreur; fureur
J'attire ses mépris¨ en ne me vengeant pas.
(contr.de:respect)
A mon plus grand espoir l'un me rend infidèle,
Et l'autre indigne d'elle.
Mon mal augmente¨ à le vouloir guérir;
grandit
Tout redouble ma peine¨
malheur
Allons, mon âme;et puisqu¨ 'il faut mourir,
parce qu'
Mourons du moins sans offenser Chimène.
Mourir sans tirer ma raison!¨
me venger
Rechercher un trépas¨ si mortel¨ à ma gloire!
mort; fatal
Endurer¨ que l'Espagne impute¨ à ma mémoire
accepter; accuse
D'avoir mal soutenu l'honneur de ma maison!
Respecter un amour dont mon âme égarée
Voit la perte assurée!
N’écoutons plus ce penser suborneur¨
infâme
Qui ne sert qu'ਠma peine
agrandit
Allons,mon bras, sauvons du moins l'honneur,
Puisqu'après tout il faut perdre Chimène.
ACTE II
DR
À moi, Comte, deux mots
LC
                       Parle.
DR
                              Ôte-¨ moi d'un doute.
délivre
Connais-tu bien don Diègue?
LC
                       Oui.
DR
                             Parlons bas. Écoute.
Sais-tu que ce vieillard fut la même vertu¨
courage
La vaillance¨ et l'honneur de son temps? le sais-tu?
courage
LC
Peut-être.
DR
          Cette ardeur¨ que dans les yeux je porte
feu,énergie
Sais-tu que c'est son sang? le sais-tu?
LU
                                      Que m'importe?
DR
À quatre pas d'ici je te le fais savoir.
LC
Jeune présomptueux¨
arrogant
DR
                    Parle sans t’émouvoir¨
te fâcher
Je suis jeune, il est vrai; mais aux âmes bien nées¨
nobles
La valeur n'attend point le nombre des années¨
vient vite
LC
Te mesurer¨ à"moi, qui t'a rendu si vain¨
battre; arrogant
Toi qu'on n'a jamais vu les armes à la main?¨
dans la guerre
Sais-tu bien qui je suis?
DR
                       Oui; tout autre que moi
Au seul bruit de ton nom pourrait trembler d'effroi¨
peur
LC
Viens, tu fais ton devoir, et le fils dégénère
Qui survit¨ un moment à l'honneur de son père.
vit plus longtemps que
DF
Le Comte est donc si vain¨ et si peu raisonnable!
arrogant
Ose-t-il croire encore son crime pardonnable?
DA
Je l'ai de votre part¨ longtemps entretenu¨
en votre nom; parlé
J'ai fait mon pouvoir¨ Sire,et n'ai rien obtenu.
ce que j'ai pu
DF
Justes cieux! ainsi donc un sujet téméraire¨
inférieur
A si peu de respect et de soin de me plaire!
S'attaquer à mon choix, c'est se prendre¨ à moi-même
critiquer
Et faire un attentat¨ sur¨ le pouvoir¨ suprême.
agression; contre; autorité
N'en parlons plus. Au reste,on a vu dix vaisseaux¨
bateaux
De nos vieux ennemis arborer¨ les drapeaux
préparer
Vers la bouche du fleuve ils ont osé paraître
Faites doubler la garde aux murs et sur le port.
C'est assez pour ce soir.
DS
                      Sire,le Comte est mort!
Don Diègue, par son fils, à vengé son offense
DF
Dès que¨ j'ai su l'affront;j'ai prévu la vengeance
immédiatement
Et j'ai voulu dès lors prévenir ce malheur.
Chimène à vos genoux apporte sa douleur;¨
chagrin
Elle vient toute en pleurs vous demander justice.
DF
Ce que le Comte a fait semble avoir mérité
Ce digne¨ châtiment¨ de sa témérité¨
juste; punition; arrogance
Quelque juste pourtant que puisse être sa peine¨
chagrin
Je ne puis sans regret perdre un tel capitaine.
CH
Sire,Sire,justice!
DD
                   Ah!Sire, écoutez-nous.
CH
Je me jette a vos pieds.
DD
                        J'embrasse vos genoux
CH
Je demande justice.
DD
                   Entendez ma défense.
CH
D'un jeune audacieux¨ punissez l'insolence¨
arrogant; irrespect
Il a de votre sceptre abattu le soutien¨
défenseur
Il a tue mon père.
DD
              Il a vengé le sien
DF
L'affaire est d'importance, et, bien considérée¨
méditée
Mérite en plein conseil d’être délibérée¨
discutée
Don Sanche, remettez¨ Chimène en sa maison.
reconduisez
Don Diègue aura ma cour et sa foi¨ pour prison.
parole d'honneur
Qu'on me cherche son fils.Je vous ferai justice.
CH
Il est juste, grand Roi, qu'un meurtrier¨ périsse¨
qq qui a tué; meure
DF
Prends du repos, ma fille, et calme tes douleurs¨
chagrin
CH
M'ordonner du repos,c'est croître¨ mes malheurs.
agrandir
ACTE III (Chimène et sa confidente Elvire)
EL
Reposez-vous, Madame.
CH
                     Ah! que mal à propos¨
à un mauvais moment
Dans un malheur si grand tu parles de repos!
Par où¨ sera jamais ma douleur¨ apaisée¨
par quoi; chagrin; calmée
Si je ne puis haïr¨ la main qui l'a causée?
contr. de:aimer
EL
Il vous prive¨
prends son père)d'un père,et vous l'aimez encore!
CH
C'est peu de dire aimer. Elvire:je l'adore.
Mon cœur prend son parti; mais malgré son¨ effort,
(=du cœur)
Je sais ce que je suis,bet que mon père est mort.
EL
Madame,croyez-moi, vous serez excusable
D'avoir moins de chaleur¨ contre un objet aimable¨
ici:fureur; QQ que vous aimez
Ne vous obstinez¨ point en cette humeur étrange.
restez
CH
Il y va de ma gloire¨ il faut que je me venge;
ma g.est en question
Et de quoi que nous flatte un désir amoureux,
Toute excuse est honteuse¨ aux esprits généreux¨ ;
déshonorant; nobles
EL
Mais vous aimez Rodrigue, il ne vous peut déplaire.
CH
Je l'avoue¨
reconnais
EL
           Après tout,que pensez-vous donc faire?
CH
Pour conserver ma gloire et finir mon ennui¨
chagrin
Le poursuivre,le perdre¨ et mourir après lui.
causer sa mort
DR
Eh bien, sans vous donner la peine de poursuivre¨
continuer
Assurez-vous l'honneur de m'empêcher de vivre¨
me tuer
Je t'ai fait une offense et j'ai dû m'y porter¨
le faire
Pour effacer¨ ma honte¨ et pour te mériter.
faire disparaître; déshonneur
GH
Ah! Rodrigue, il est vrai, quoique ton ennemie,
Je ne puis te blâmer¨ d'avoir fui l'infamie¨
critiquer; déshonneur
Et de quelque façon qu’éclatent¨ mes douleurs
se montrent
Je ne t'accuse point,je pleure mes malheurs.¨
chagrin
Je sais ce que l'honneur,après un tel outrage¨
offense
Demandait a l'ardeur¨ d'un généreux¨ courage
chaleur; noble
Tu n'as fait le devoir que d'un homme de bien; `
Mais aussi,le faisant¨ tu m'as appris le mien.
par cela
DR
Au nom d'un père mort, ou de notre amitié,
Punis~moi par vengeance, ou du moins par pitié.
Ton malheureux amant aura bien moins de peine¨
chagrin
À mourir par ta main qu'à vivre avec ta haine¨
(contr.de:amour)
CH
Va, je ne te hais point.
DR
                        Tu le dois.
CH
                                     Je ne puis.
DR
Crains-tu¨ si peu le blâme,¨ et si peu les faux bruits?
as-tu peur; critique
CH
Va-t'en,ne montre plus à ma douleur extrême¨
très grande
Ce qu'il faut que ge perde,encore que¨ je l'aime.
malgré que
Rodrigue,qui l'eut¨ cru?
aurait
DR
                       Chimène qui l'eût dit?
CH
Que notre heur¨ fût si proche et si tôt se perdit?
bonheur
Ah! mortelles douleurs!
DR
                    Ah! regrets¨ superflus¨
lamentations; inutiles
CH
Va-t'en, encore un coup¨ je ne t’écoute plus.
une fois
DR Adieu; je vais traîner¨ une mourante vie,
mener
Tant que, par ta poursuite, elle me soit ravie¨
prise
DD
Rodrigue, enfin le ciel permet que je te voie!
DR
Hélas!
DD
        Ne mêle point de soupirs¨ à ma joie.
lamentations
DR
L'honneur vous en est dû, je ne pouvais pas moins.
Étant sorti de vous¨ et nourri¨ par vos soins
votre fils; éduqué
Ne me dites plus rien; pour vous j'ai tout perdu:
Ce que je vous devais, je vous l'ai bien rendu.
DD
Porte,porte plus haut le fruit de ta victoire:
Je t'ai donne la vie, et tu me rends ma gloire;
Et d'autant que¨ l'honneur m'est plus cher que le jour,
parce que
D'autant plus maintenant je te dois de retour.
Mais d'un cœur magnanime¨ éloigne¨ ces faiblesses;
noble; chasse
Nous n'avons qu'un honneur,il est tant de maîtresses¨ !
femmes à aimer
L'amour n'est qu'un plaisir,l'honneur est un devoir.
DR
Ah! que me dites-vous?
DD
                      Ce que tu dois savoir.
DR
Mes liens¨ sont trop forts pour être ainsi rompus;
relations
Ma foi m'engage encore, si je n’espère plus.
Et ne pouvant quitter ni posséder Chimène
Le trepas¨ que je cherche est ma douce peine.
mort
DD
Il n'est pas temps encor de chercher le trépas
Ton prince et ton pays ont besoin de ton bras¨ ;
force
La flotte¨ qu'on craignait, dans ce grand fleuve entrée,
les bateaux(des Mores)
Croit surprendre la ville et piller¨ la contrée.
ravager
Les Mores vont descendre,et le flux¨ et la nuit
courant
Dans une heure à nos murs les amène sans bruit.
Dans ce malheur public mon bonheur a permis
Que j'ai trouvé chez moi cinq cents de mes amis.
Va marcher a leur tête ou l'honneur te demande:
C'est toi que veut pour chef leur généreuse¨ bande.
noble
Viens, suis-moi, va combattre, et montrer a ton roi
Que ce qu'il perd au Comte il le retrouve en toi.
ACTE IV
DF
Généreux héritier¨ d'une illustre famille,
enfant
Qui fut toujours la gloire et l'appui¨ de Castille,
défense
Pour te récompenser¨ ma force est trop petite;
payer de retour
Et j'ai moins de pouvoir que tu n'as de mérite¨
capacités
Le pays délivré d'un si rude ennemi,
Mon sceptre dans ma main par la tienne affermi¨
assuré
Et les Mores défaits¨ avant qu'en ses alarmes
battus
J'eusse pu donner ordre à repousser¨ leurs armes,
chasser
Ne sont point des exploits¨ qui laissent à ton roi
acte héroïque
Le moyen ni l'espoir de s'acquitter¨ vers toi.
payer de retour
Mais deux rois, tes captifs¨ feront ta récompense.
prisonniers
Ils t'ont nommé tous deux leur Cid en ma présence.
Puisque¨ Cid en leur langue est autant que "seigneur",
parce que
Je ne t'envierai pas¨ ce beau titre d'honneur.
suis pas jaloux
Sois désormais¨ le Cid; qu'à ce grand nom tout cède;¨
à l'avenir; capitule
Qu'il comble¨ d’épouvante¨ et Grenade et Tolède,
remplit; peur
Et qu'il marque¨ à tous ceux qui vivent sous mes lois
fait savoir
Et ce que tu vaux, et ce que je te dois.
Souffre¨ donc qu'on te loue¨ et de cette victoire;
accepte; glorifie
Apprends-moi plus au long la véritable histoire.
DR
Sire,vous avez su qu'en ce danger pressant¨
urgent
Qui jeta dans la ville un effroi¨ si puissant¨
terreur; grand
Une troupe d'amis chez mon père assemblée¨
venu ensemble
Sollicita¨ mon âme encor toute troublée...;
demanda
C'est de cette façon que, pour votre service ....
DA
Sire, Chimène vient vous demander justice.
DF
La fâcheuse¨ nouvelle et l’importun¨ devoir
pénible; déplaisant
Va,je ne la veux pas obliger¨ à te voir.
mette dans la nécessité
(Rodrigue se retire. À Chimène qui entre ...)
Ma fille,ces transports¨ ont trop de violence¨
fureur; intensité
Quand on rend la justice, on met tout en balance:
On a tué ton père, il était l'agresseur;
Et la même équité¨ m'ordonne la douceur.
justice
CH
Puisque vous refusez la justice a mes larmes,
Sire, permettez-moi de recourir¨ aux armes;
employer
C'est par la seulement qu'il a su m'outrager¨
offenser
Et c'est aussi par là que je me dois venger.
A tous vos cavaliers¨ je demande sa tête:
nobles
Oui, qu'un d'eux me l¨ 'apporte, et je suis sa conquête¨
=sa tête; pour lui
Qu'ils le combattent, Sire, et le combat fini,
J’épouse¨ le vainqueur,si Rodrigue est puni.
me marie avec
DS_Accordez¨ cette grâce a l'ardeur¨ qui me presse,
donnez; passion
Madame, vous savez quelle est votre promesse.
DF
Chimêne, remets-tu ta querelle¨ en sa main?
conflit
CH
Sire,je l'ai promis.
DF
                    Soyez prêt à demain.
ACTE V
CH
Quoi! Rodrigue, en plein jour! d'où te vient cette audace¨
aplomb
Va,tu me perds¨ d'honneur; retire-toi de grâce¨
fais perdre; s.v.p.
DR
Je vais mourir, Madame, et vous viens en ce lieu
Avant le coup mortel, dire un dernier adieu.
CH
Tu vas mourir! Don Sanche est-il si redoutable¨
dangereux
Qu'il donne l’épouvante¨ a ce cœur indomptable?¨
terreur; fier
Qui t'a rendu si faible, ou qui le rend si fort?
Rodrigue va combattre,et se croit déjà mort!
DR
J’ai toujours même cœur; mais je n'ai point de bras
Quand il faut conserver ce qui ne vous plaît pas.
Puisque, pour t’empêcher¨ de courir au trépas¨
retenir; mort
Ta vie et ton honneur sont de faibles appas,¨
charmes
Si jamais je t'aimai, cher Rodrigue, en revanche,¨
en compensation
Défends-toi maintenant pour m’ôter a don Sanche;
Et si tu sens pour moi ton cœur encore épris¨
amoureux
Sors vainqueur d'un combat dont Chimène est le prix.
CH
Sire,il n'est plus besoin de vous dissimuler¨
cacher
Ce que tous mes efforts ne vous ont pu celer¨
cacher
J'aimais, vous l'avez su; mais pour venger mon père,
J'ai bien voulu proscrire¨ une tête si chère.
chasser
DF
Ma fille,il ne faut point rougir d'un si beau feu¨
amour
Ni chercher les moyens d'en faire un désaveu¨
négation
Une louable¨ honte¨ en vain¨ t'en sollicite¨
juste; réserve; sans résultat; le veux de toi
Ta gloire est dégagée¨ et ton devoir est quitte¨ ;
libre; vengé
Ton père est satisfait et c’était le venger
Que mettre tant de fois ton Rodrigue en danger.
Tu vois comme le ciel autrement en dispose¨
décide
Ayant tant fait pour lui, fais pour toi quelque chose,
Et ne sois pas rebelle à mon commandement,
Qui te donne un époux¨ aimé si chèrement.
mari
CH
Rodrigue a des vertus¨ que je ne puis haïr;
qualités
Et quand un roi commande, on lui doit obéir.
Mais a quoi que déjà vous m'ayez condamnée¨
obligée
Pourrez-vous a vos yeux souffrir¨ cet hyménée?¨
tolérer; mariage
DF
Le temps assez souvent a rendu légitime
Ce qui semblait d'abord ne se pouvoir¨ sans crime
semblait impossible
Prends un an, si tu veux,pour essuyer tes larmes¨
porter le deuil
Rodrigue, cependant il faut prendre les armes.
Et par tes grands exploits¨ fais-toi si bien priser¨
actes héroïques; glorifier
Qu'il lui soit glorieux alors de t’épouser.

10.2. Quelques données sur Le Cid et son auteur

Quand Pierre Corneille publia, en l656, son Cid, les règles classiques étaient partout suivis:
-vers classique,c.a.d. l'alexandrin, un vers de douze syllabes avec une césure au milieu;
-pièce purement tragique ou purement comique
-division de la pièce en cinq actes
-observation de la règle des trois unités:
unité de temps:
les événements de la pièce doivent se passer en vingt-quatre heures,
unité de lieu:
l’histoire doit se passer dans un seul endroit,
unité d'action:
toute scène et tout personnage doit être indispensable a l'intrigue.
Il est clair que Corneille s'est moqué¨ dans le Cid de toutes ces règles. Mais l’Académie française, fondée peu avant par le cardinal de Richelieu, avait écrit une critique officielle, sur l'ordre du même Richelieu, qui voulait mettre fin à la "querelle du Cid" entre les défenseurs et les adversaires¨ de la pièce.
n'a pas pris au sérieux; les opposants
Sentiments de l’Académie sur le Cid critiquent le manque d'observation¨ des règles classiques.
obéissance
Corneille a pris le sujet du Cid dans un "romancero"¨ espagnol du moyen-âge. Il écrivait la pièce pour les femmes des salons, flattant¨ leur goût¨ de l’héroïque.
histoire épique; plaisant à; préférence
Le héros cornélien fait toujours son devoir et il est "convaincu" que ce devoir, le principe qu'il est sûr suit, est juste. Et ce devoir contribue¨ à sa gloire.
aide à agrandir
Le héros cornélien ne peut aimer une femme que quand il peut avoir de l'estime¨ pour elle. Ainsi l'amour est base sur l'estime, c.a.d. sans respect,il n'y a pas d'amour possible.
respect