Index
1 La chanson de Roland
2 Le roman de Tristan et Iseut
3 Le Roman de Perceval ou le conte du Graal
4 Le roman de la rose
5 François Villon
6 Francois Rabelais
7 La pléiade
8 Michel de Montaigne
9 René Descartes et le rationalisme
10 Pierre Corneille
11 Molière
12 Blaise Pascal
13 Jean Racine
14 Jean de la Fontaine
15 Nicolas Boileau
16 Madame de la Fayette
17 Marivaux
18 L'Abbé Prevost
19 Voltaire
20 Montesquieu
21 Denis Diderot
22 Jean-Jacques Rousseau
23 Beaumarchais
24 Chateaubriand
25 Benjamin Constant
26 Alphonse de Lamartine
27 Alfred de Vigny

15. Nicolas Boileau

15.1. L'art poétique (1674)

Quelque sujet qu'on traite¨ , ou plaisant,ou sublime,
présent
Que toujours le bon sens¨ s'accorde avec la rime.
raison
Aimez donc la raison; que toujours vos écrits
Empruntent¨ d'elle seule et leur lustre¨ et leur prix.
prennent; beauté
Voulez-vous du,public mériter¨ les amours,¨
attirer; admiration
Sans cesse en écrivant variez vos discours.¨
paroles
Quoi que vous écriviez, évitez la bassesse:¨
platitudes
N'offrez rien au lecteur que ce qui peut lui plaire.
Ayez pour la cadence une oreille sévère.¨
critique
Durant¨ les premiers ans du Parnasse¨ français,
pendant; poésie
Le caprice¨ tout seul faisait toutes les lois,
humeur
Villon sut le premier dans ces siècles grossiers¨
peu délicats
Débrouiller¨ l'art confus¨ de nos vieux romanciers.
rendre clair; peu clair
Marot bientôt après fit fleurir les ballades,
Tourna¨ des triolets,¨ rima des mascarades.
fit; certains vers
Ronsard, qui le suivit par une autre méthode,
Réglant tout brouilla tout, fit un art à sa mode
Et toutefois¨ longte,ps eut un heureux destin,¨
pourtant; fortune
Mais sa muse, en français parlant grec et latin
Vit dans l'âge suivant sur un retour grotesque
Tomber de ses grands mots le faste¨ pédantesque.
luxe
Enfin Malherbe vint et le premier en France,
Fit sentir dans les vers une juste cadence,
D'un mot mis en sa place enseigna¨ le pouvoir,
fit apprendre
Et réduisit¨ la muse aux règles du devoir.
changea
Il est¨ certains esprits dont les sombres pensées
il y a
Sont d'un nuage épais toujours embarrassés;¨
troublées
Le jour¨ de la raison ne le saurait percer.¨
lumière; traverser
Avant donc que d’écrire apprenez a penser.
Selon que notre idée est plus ou moins obscure,¨
peu claire
l'oppression la suit,ou moins nette,ou plus pure.
De que l'on conçoit¨ bien s’énonce¨ clairement.
imagine; s'exprime
Et les mots pour le dire arrivent aisément.¨
facilement
Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier¨ remettez votre ouvrage:
table de travail
Polissez-¨ le sans cesse et le repolissez;
rendez brillant
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez;¨
gommez
Vous donc,qui d'un beau feu¨ pour le théâtre épris?¨
amour; amoureux
Venez, en vers pompeux, y disputer le prix,
Voulez-vous sur la scène étaler des ouvrages,
Où tout Paris en foule¨ apporte ses suffrages,¨
masse; applaudissements
Et qui, toujours plus beaux, plus ils sont regardés,
Soient au bout de vingt ans encor redemandés?
Que dans tous vos discours¨ la passion émue¨
paroles; émotionnée
Aille chercher le cœur,l’échauffe et le remue?¨
frappe
Que dès les¨ premiers vers l'action préparée
déjà aux ...
Sans peine¨ du sujet aplanisse¨ l’entrée.
difficulté; facilite
Qu'en un lieu¨ qu'en un jour, un seul fait accompli¨
place; complet
Tienne jusqu’à la fin le théâtre rempli.
Jamais au spectateur n'offrez rien d'incroyable:
Le vrai peut quelquefois n'être pas vraisemblable.¨
plausible
Ce qu'on ne doit point voir, qu'un récit"nous l'expose¨
raconte
Les yeux en le voyant saisiraient¨ mieux la chose,
comprendraient
Mais i est¨ des objets que l'art judicieux¨
il y a; juste
Doit offrir à l’oreille et reculer¨ des yeux.
tenir loin
La tragédie, informe et grossière¨ en naissant
peu fine
N’était qu'un simple chœur ou chacun en dansant,
Et du dieu des raisins entonnant¨ les louanges¨
chantant; gloire
S'efforçait¨ d'attirer de fertiles vendanges.¨
voulait; bonne production
Eschyle dans le chœur jeta les personnages,
D'un masque plus honnête¨ habilla les visages.
correct
Sophocle enfin, donnant l'essor¨ a son génie,
élan
Accrut¨ encor la pompe, augmenta¨ l'harmonie,
agrandit; agrandit
Intéressa¨ le chœur dans toute l'action,
fit entrer
Des vers trop radoteux¨ polit¨ l'expression,
dur; adoucit
Lui donna chez les Grecs cette hauteur divine¨
glorieux
Où jamais n'atteignit¨ la faiblesse latine.
arriva
Chez nos dévots aïeux¨ le théâtre abhorré¨
(au moyen-âge); rejeté
Fut longtemps dans la France un plaisir ignoré.¨
inconnu
De pèlerins, dit-on, une troupe grossière¨
peu civilisée
En public à Paris y monta la première;
Et, sottement zélée¨ en sa simplicité,
enthousiaste
Joua les Saints, la Vierge et Dieu,par piété¨
dévotion
Le savoir, à la fin dissipant¨ l'ignorance,¨
chassant; manque de savoir
Fit voir de ce projet la dévote imprudence.
On chasse ces docteurs prèchants¨ sans mission:
prédicateurs
On vit renaître Hector, Andromaque, Ilion.¨
Troie
Le théâtre, fertile en¨ censeurs¨ pointilleux,¨
plein de; critiques; précis
Chez nous, pour se produire, est un champ périlleux.¨
dangereux
Un auteur n'y fait pas de faciles conquêtes;¨
victoires
Il trouve a le siffler¨ des bouches toujours prêtes.
critiquer
Il faut qu'en cent façons, pour plaire, il se replie;¨
s'adapte
Que tantôt il s’élève, et tantôt s'humilie¨
s'abaisse
Qu'en nobles sentiments il soit toujours fécond¨
riche
Qu'il soit aisé¨ solide,agréable, profond;
facile à comprendre
Et que tout ce qu'il dit, facile a retenir,¨
se rappeler
De son ouvrage en nous laisse un long souvenir.
Auteurs, prêtez l'oreille¨ à mes instructions.
écoutez
Voulez-vous faire aimer vos riches fictions?
Qu'en savantes leçons votre muse fertile¨
riche
Partour joigne¨ au plaisant le solide et l'utile.
unisse