Le dix-huitième siècle (Siècle philosophique)

Index
1 La chanson de Roland
2 Le roman de Tristan et Iseut
3 Le Roman de Perceval ou le conte du Graal
4 Le roman de la rose
5 François Villon
6 Francois Rabelais
7 La pléiade
8 Michel de Montaigne
9 René Descartes et le rationalisme
10 Pierre Corneille
11 Molière
12 Blaise Pascal
13 Jean Racine
14 Jean de la Fontaine
15 Nicolas Boileau
16 Madame de la Fayette
17 Marivaux
18 L'Abbé Prevost
19 Voltaire
20 Montesquieu
21 Denis Diderot
22 Jean-Jacques Rousseau
23 Beaumarchais
24 Chateaubriand
25 Benjamin Constant
26 Alphonse de Lamartine
27 Alfred de Vigny

17. Marivaux

17.1. Le jeu de l'amour et du hasard (1730)

MO
Monsieur Orgon
LI
Lisette,femme de chambre de Silvia
MA
Mario,fils d'Orgon
SI
Silvia,fille d'Orgon
AR
Arlequin, valet de Dorante
DO
Dorante, amant de Silvia
ACTE PREMIER, Scène I
MO
Eh!bonjour, ma fille;la nouvelle que je viens t'annoncer te fera-t-elle plaisir? Ton prétendu¨ arrive aujourd'hui; son père me l'apprend¨ par cette lettre-ci. Tiens,¨ ma chère enfant, tu sais combien je t'aime. Dorante vient pour t’épouser;¨ Dans le dernier voyage
futur mari; fait savoir; écoute; se marier avec toi
que je fis en province,j’arrêtai¨ ce mariage-là avec son père, qui est mon intime et ancien ami;mais ce fut a condition que vous vous plairiez ਠtous deux.
décidai; aimeriez
SI
Je suis pénétrée¨ de vos bontés, mon père. Mais si j'osais, je vous proposerais, sur une idée qui me vient, de m'accorder¨ une grâce¨ qui me tranquilliserait¨ tout a fait.¨
remplie; donner; faveur; rassurerait; complètement
MO
Explique-toi, ma fille.
SI
Dorante arrive aujourd'hui; si je pouvais le voir, l'examiner¨ un peu sans qu'il me connût. Lisette a de l’esprit, monsieur; elle pourrait prendre ma place pour un peu de temps, et je prendrais la sienne.¨
observer; (=sa place)
MO
Soit,¨ ma fille, je te permets le déguisement.¨
d'accord; mascarade
Scène II. Mario entre
MA
Ma sœur, je te félicite de la nouvelle que j'apprends;¨ nous allons voir ton amant, dit-on.
qu'on me dit
SI
Oui, mon frère, mais je n'ai pas le temps de m'arrêter;¨ j'ai des affaires sérieuses, et mon père vous les dira; je vous quitte. (Elle sort)
rester
MO
Ne l’arrêtez pas,Mario; venez, vous_saurez de quoi il s'agit.¨
il est question
MA
Qu'y a-t-il de nouveau, monsieur?
MO
Nous verrons Dorante aujourd'hui; mais nous ne le verrons que déguise.¨
masqué
MA
Viendra-t-il en partie¨ démasquée? Lui donne-t-il le bal?
fête
MO
Écoutez l'article¨ de la lettre du père:(Hum) ..,
alinéa
"Je ne sais au reste¨ ce que vous penserez d'une imagination¨ qui est venue à mon fils; elle est bizarre, il en convient¨ lui-même; mais le motif est pardonnable et même dêlicat; c'est qu'il m'a prié de demandé lui permettre de n'arriver d'abord¨ chez vous que sous la figure de son valet,¨ qui,de son côté, fera
pour le reste; fantaisie; est d'accord; pour la première fois; serviteur
le personnage de son maître."
Mais ce n'est pas le tout. Voici ce qui arrive: C'est que votre sœur , inquiète de son côté sur le chapitre de Dorante, dont,elle ignore¨ le secret, m'a demandé de jouer ici la même comédie,et cela précisément pour observer Dorante, comme Dorante veut l'observer
ne sait pas
Qu'en dites-vous? Avertirai-¨ je votre sœur?
informerai
MA
Ma foi,¨ monsieur,puisque¨ les choses prennent ce train-là,¨ je ne voudrais pas les déranger¨ et je respecterais l’idée qui leur est venue à l'un et à l'autre. Il faudra bien qu'ils se parlent souvent sous ce déguisement.¨
vraiment; parce que; marchent ainsi; troubler; identité cachée
Scène III. Silvia entre.
SI
Me voilà, monsieur; ai-je mauvaise grâce¨ en femme de chambre? Et vous, mon frère, vous savez de quoi il agit¨ , apparemment.¨ Comment me trouvez-vous?
air peu correct; quel est le problème; évidemment
MA
Ma foi, ma sœur, tu pourrais bien escamoter¨ Dorante
voler
à ta maîtresse.
SI
Franchement¨ je ne hairais pas¨ de lui plaire sous le
à vrai dire; aimerais bien
personnage que je joue.
Scène IV. Dorante entre en valet
DO
Je cherche monsieur Orgon; n'est-ce pas à lui que j'ai l'honneur de faire la révérence?¨
saluer
MO
Qui,mon ami, c'est à lui-même.
DO
Monsieur, vous avez sans doute, reçu de nos nouvelles; j'appartiens ਠmonsieur Dorante qui me suit, et qui suis m'envoie toujours devant¨ vous assurer de ses respects,en attendant¨ qu'il vous en assure lui-même.
je suis le serviteur de; avant lui; jusqu’à ce
MO
Tu fais ta commission de fort bonne grâce.¨ Lisette, que dis-tu de ce garçon-la?
correctement
SI
Moi, monsieur,je dis qu'il est le bienvenu,et qu'il promet.¨
(=d"être mieux)
DO
Vous avez bien de la bonté; je fais du mieux¨ qu'il m'est possible.
aussi bien
MA
Il n'est pas mal tourné,¨ au moins-ton cœur n'a qu'à se bien tenir,¨ Lisette.
fait; faire attention
MO
Mon fils, retirons-¨ nous; Dorante va venir, allons-le dire à ma fille; et vous Lisette, montrez à ce garçon l'appartement de son maître. Adieu, Bourguignon.
sortons
DO
Monsieur, vous me faites trop d'honneur.
Scène V. Silvia et Dorante.
DO
Dis-moi, Lisette, ta maîtresse te vaut-elle?¨ Elle est bien hardie¨ d'oser avoir une femme de chambre comme toi.
est-elle aussi belle que toi; courageuse
SI
Bourguignon, cette question-là m'annonce que, suivant la coutume,¨ tu arrives avec l'intention de me dire des douceurs,¨ n'est-il pas vrai?
habitude; mots doux
DO
Ma foi¨ , je n’étais pas venu dans ce dessein¨ là, je te l'avoue.¨ Quelle espèce¨ de suivante es-tu donc, avec ton air de princesse?
vraiment; intention; confesse; sorte
SI
(a part) Mais en vérité,voilà un garçon qui me surprend. (Haut):Dis-moi,qui es-tu, toi, qui me parles ainsi?
DO
Le fils d’honnêtes gens qui n’étaient pas riches.
SI
Va; je te souhaite¨ de bon cœur¨ une meilleure situation que la tienne, et je voudrais y contribuer;¨ la fortune a tort¨ avec toi.
espère; avec plaisir; aider; malfait
Scène VI Dorante, Silvia, Arlequin
AR_Ah! te voilà, Bourguignon! Mon porte-manteau¨ et toi avez-vous été bien reçus?
valise
DO
Il n’était pas possible qu'on nous reçût mal monsieur.
AR
Un domestique¨ là-bas m'a dit d'entrer ici, et qu'on allait avertir¨ mon beau-père qui était avec ma femme.
serviteur; informer
SI
Vous voulez dire: monsieur Orgon et sa fille, sans doute,monsieur!
AR
Eh! oui, mon beau-père et ma femme,autant vaut.¨ Je viens pour épouser, et ils m'attendent pour être mariés; cela est convenu;¨ il ne manque plus que la cérémonie qui est une bagatelle. `
c'est la même chose; décide
SI
C'est une bagatelle qui vaut bien la peine qu'on y
pense.¨ Je cours¨ informer votre beau-père de votre arrivée.
à laquelle on doit bien penser; vais vite
ACTE DEUX. Scène l. Lisette, monsieur Orgon.
MO
Eh bien! que me veux-tu, Lisette?
LI
J'ai à vous entretenir¨ un moment.
je dois vous parler
MO
De quoi s'agit-il?¨
quel est le problème
LI
De vous dire l’état ou sont les choses, parce qu'il est important que vous en soyez éclairci,¨ afin¨ que vous n'ayez point à vous plaindre¨ de moi.
informé; pour; être mécontent
MO
Ce ci est donc sérieux.
LI
Oui, très sérieux. Il faut que je vous dise que,si vous ne mettez ordre à ce qui arrive, votre prétendu gendre¨ n'aura plus de cœur à donner à mademoiselle votre fille. Il est temps qu'elle se déclare;¨ cela se presse,¨ car, un jour plus tard, je n'en réponds¨ plus.
futur beau-fils; dise qui elle est; hâte; le garantis
MO
Eh! que vous importe?¨ S'il vous aime tant, qu'il,
qu'est-ce que ça peut faire
vous épouse!
LI
Quoi! Vous ne l'en empêcheriez¨ pas?
préviendrez
MO
Non, foi¨ d'homme d'honneur, si tu le mènes¨ jusque là. Mais le valet, comment se gouverne-¨ t-il? ne se mêle-¨ t-il pas d'aimer ma fille?
parole; décides; conduit; essaie
LI
C'est un original; j'ai remarqué qu'il fait¨ l'homme d’importance avec elle, parce qu'il est bien tourné;¨ il la regarde et soupire.
joue; beau
MO
Et cela la fâche?
LI
Mais ... elle rougit.
MO
Bon,tu te trompes; les regards d'un valet ne l'embarrassaient¨ pas jusque là.
troublaient
Scène II. Lisette, Arlequin, Monsieur Orgon.
AR
Ah! je vous trouve merveilleuse¨ dame; je vous demandais à tout le monde. Serviteur,¨ cher beau-père ou peu s'en faut¨
très belle; je suis votre serviteur; presque
MO
Serviteur. Adieu,mes enfants;je vous laisse ensemble; il est bon que vous vous aimiez un peu avant de vous marier.
AR
Je ferais bien ces deux besognes¨ là à la fois,¨ monsieur.
affaires; en même temps
MO
Point d'impatience; adieu! (il sort)
AR
Madame, il dit que je ne m'impatiente pas; il en parle bien à son aise,¨ le bonhomme.
sans comprendre le problème
LI
J'ai de la peine¨ à croire qu'il vous en coûte tant d'attendre, monsieur.
des difficultés
AR
(en lui baisant la main).Cher joujou¨ de mon âme! Cela me réjouit¨ comme du vin délicieux.
jouet; fait plaisir
LI
Allons, arrêtez-vous; vous êtes trop avide.¨ Ne faut-il pas avoir de la raison?
désireux
AR
Avoir de la raison! hélas! je l'ai perdue; vos beaux yeux sont les filous¨ qui me l'on volée.¨
bandits; prise
LI
Mais est-il possible que vous m'aimiez tant? Je ne saurais me le persuader¨
le croire
AR
Je ne me soucie¨ pas de ce qui est possible, moi, mais je vous aime comme un perdu, et vous verrez bien dans votre miroir que cela est juste.
m’intéresse
LI
Mais que me demandez-vous?
AR
Dites-moi un petit brin¨ que tous m'aimez. Tenez,je vous aime, moi; faites l’écho, répétez, princesse.
peu
LI
Quel insatiable!¨ Eh bien,monsieur,je vous aime.
difficile à contenter
AR
Votre bonté m'éblouit¨ et je me prosterne¨ devant elle (Il se met à genoux);
aveugle; mets à genoux
LI
Arrêtez-vous; je ne vous saurais souffrir¨ dans cette posture-¨ là; je serais ridicule de vous y laisser;levez-vous. Voilà encore quelqu'un.
tolérer; attitude
Scène III Silvia entre.
LI
Que voulez-vous,Lisette?
SI
J'aurais à vous parler, madame.
LI
Ne pouvez-vous pas revenir dans un moment, Lisette?
SI
Mais, madame . . .
LI
Permettez donc que je m'en¨ défasse, monsieur.
(=d'elle)
AR
Puisque¨ le diable le veut, et elle aussi ... patience! ... Je me promènerai¨ en attendant¨ qu'elle ait fait.¨ Ah! les sottes gens que nos gens.¨ (il sort)
parce que; sortirai; jusqu'à ce; fini; serviteurs
Scène IV Silvia, Lisette
SI
Je vous trouve admirable de ne pas le renvoyer tout d'un coup¨ et de me faire essuyer¨ les brutalités de cet animal-là.
tout de suite; supporter
LI
Pardi! madame,je ne puis pas jouer deux rôles à la fois.¨ il faut que je paraisse ou la maîtresse ou la suivante;¨ que j’obéisse ou que j'ordonne.
en même temps; servante
SI
Fort¨ bien, mais puisqu'il n'y est plus, écoutez-moi comme votre maîtresse. Vous voyez bien que cet homme là ne me convient¨ pas.
très; plaît
LI
Mais, madame, le futur, qu'a-t-il donc de si désagréable, de si rebutant?¨
antipathique
SI
Il me déplaît, vous dis-je, et votre peu de zèle¨ aussi.
enthousiasme
LI
Son valet, qui fait l'important, ne vous aurait-il pas gâté¨ l'esprit?
troublé
SI
Hum! la sotte! son valet a bien affaire ici.¨
n'a rien à faire avec ceci
LI
C'est que je me défie¨ de lui, car il est raisonneur.
n'ai pas confiance
SI
Finissez vos portraits; on n'en a que faire. J'ai soin¨ que ce valet me parle peu, et dans le peu qu'il m'a dit,il ne m'a jamais dit rien que de très sage.¨
rien à faire; intelligent
LI
Oh! madame, dès¨ que vous le défendez sur ce ton-là, et que cela va jusqu'à vous fâcher, je n'ai plus rien à dire.
immédiatement quand
SI
Dès que je le défends sur ce ton-là! Qu'est-ce que c'est que le ton dont vous dites cela vous-même! Qu'entendez vous¨ par ce discours?¨ Que faut-il que je réponde à cela? Qu'est-ce que cela veut dire? À qui parlez-vous? Qui est-ce qui est à l'abri¨ de ce qui m'arrive? Ou en sommes-nous?
voulez-vous dire; ce que vous dites; protégée
LI
Je n'en sais rien; mais je ne reviendrez¨ de longtemps de la surprise où vous me jetez. (Elle sort)
sortira
Scène V Silvia,seule.
SI
Je frissonne¨ encore de ce que je lui ai entendu dire; avec quelle impudence¨ les domestiques ne nous traitent-¨ ils pas dans leur esprit! Voici Bourguignon, voilà cet objet¨ en question pour lequel je m'emporte;¨ mais ce n'est pas sa faute, le pauvre garçon! et
tremble; irrespect; considèrent; (=personne); me fâche
je ne dois pas m'en prendre à lui.¨
me fâcher contre lui
Scène VI. Dorante, Silvia.
DO
Lisette,quelque éloignement¨ que tu aies pour moi, je suis forcé de¨ te parler; mon malheur est inconcevable.¨ Tu m’ôtes¨ peut-être le repos de ma vie.
antipathie; dois; incroyable; prends
SI
Quelle fantaisie il s'est allé mettre dans l'esprit! Il me fait de la peine.¨ Reviens a toi. Tu parles, je te réponds; c'est beaucoup;c'est trop même.
chagrin
DO
Ah! ma chère Lisette, que je souffre.¨
suis malheureux
SI
Venons à ce que tu voulais me dire; de quoi était-il question?
DO
De rien, d'une bagatelle; j'avais envie¨ de te voir, et je crois que je n'ai pris qu'un prétexte.¨
désirais; faux motif
SI
(à part) Que dire de cela? Quand je n'en fâcherais il n'en serait ni plus ni moins.¨
la situation serait la même
DO
Laisse-moi du moins le plaisir de te voir.
SI
Le beau motif qu'il me fournit¨ là! J'amuserai¨ la
donne; ferais plaisir à
passion de Bourguignon! Le souvenir de tout ceci me fera bien rire un jour.
DO
Tu me railles;¨ tu as raison; je ne sais ce que je dis, ni ce que je te demandes. Adieu.
ridiculise
SI
Adieu; tu prends le bon parti¨ ... Mais à propos¨ de tes adieux, il me reste encore une chose a savoir. Vous partez, m'as-tu dit; cela est-il sérieux?
décision; pour parler
DO
Pour moi, il faut que je parte ou que la tête me tourne.¨
je deviens fou
SI
Nous y voilà.¨ Je me défendrai bien de t'entendre, moi; adieu. (Elle se retourne)
cela recommence
DO
Reste; ce n'est plus Bourguignon qui te parle.
SI
Eh! qui es-tu donc!
DO
Ah! Lisette! C'est ici que tu vas juger¨ des peines¨
donner ton opinion; misères
qu'a dû ressentir mon cœur.
SI
Ce n'est pas a ton cœur que je parle, c'est a toi.
DO
Personne ne vient-il?
SI
Non.
DO
Sache¨ que celui qui est avec ta maîtresse n'est pas ce qu'on pense.
tu dois savoir
SI
Qui est-il donc?
DO
Un valet.
SI
Après?¨
continue
DO
C'est moi qui suis Dorante.
SI
(à part) Ah! je vois clair dans mon cœur. Cachons-lui qui je suis ... (haut).Votre situation est neuve assurément. Mais,monsieur, je vous fais d'abord mes excuses de tout ce que mes discours¨ ont pu avoir d’irrégulier¨ dans nos entretiens.¨
ce que j'ai dit; contre les règles; conversations
DO
Tais-toi,¨ Lisette; tes excuses me chagrinent;¨ elles
ne dis pas ça; attristent
me rappellent la distance qui nous sépare, et ne me la rendent¨ que plus douloureuse.¨
font; pénible
SI
Votre penchant¨ pour moi est il sérieux? M'aimes-tu?
amour
DO
Au point de¨ renoncer¨ à"tout engagement¨ puisqu'il ne m'est pas permis d'unir mon sort au tien; et dans cet état, la seule douceur que je pouvais goûter, c'etait de croire que tu ne me haïssais¨ pas.
tellement que; abandonner; obligation; détestait
SI
Un cœur qui m'a choisi dans la condition¨ où je suis,est assurément digne¨ qu'on l'accepte, et je le payerais¨ volontiers du mien,¨ si je ne craignais¨ pas de le lui jeter dans un engagement¨ qui lui ferait tort.
état; de valeur; donnerais; (=mon cœur); avais peur; liaison
DO
N'as-tu pas assez de charmes, Lisette? Y ajoutes-tu encore la noblesse avec laquelle tu me parles?
SI
J'entends quelqu'un. Patientez¨ encore sur l'article de votre valet; les choses n'iront pas si vite. Nous nous reverrons, et nous chercherons les moyens¨ de vous tirer d'affaire.¨
ayez patience; possibilités; des problèmes
ACTE TROIS, scène I. Lisette, Arlequin.
AR
Enfin, ma reine, je vous vois et je ne vous quitte plus,car j'ai trop pâti¨ d'avoir manque de votre présence, et j'ai cru que vous esquiviez¨ la mienne.
été malheureux; fuyiez
LI
Il faut¨ vous avouer,¨ monsieur,qu'il en était quelque
je dois; reconnaître
chose.¨
c'était vrai
AR
Comment donc, ma chère âme, élixir de mon cœur, avez-vous entrepris¨ la fin de ma vie?
décidé
LI
Non, mon cher; la durée m'en¨ est trop précieuse.¨
(de votre vie); chère
AR
Ah! que ces paroles me fortifient.¨
font du bien
LI
Et vous ne devez point douter de ma tendresse.¨
amour
AR
(à part) Préparons un peu cette affaire-la ...(haut)
Madame,votre amour est-il d'une constitution¨ robuste? Soutiendrait-¨ il bien la fatigue que je vais lui donner?
condition; supportera
LI
Ah! tirez-moi à l’inquiétude.¨
état d'alarme
AR
Je suis ... N'avez-vous jamais vu de fausse monnaie? Savez-vous ce que c'est qu'un louis d'or¨ faux? Eh bien,je ressemble assez à cela.
pièce d'argent
LI
Achevez¨ donc. Quel est votre nom?
finissez
AR
Mon nom?(à part) Lui dirai-je que je m'appelle Arlequin? Non,cela rime trop avec coquin.¨
mauvais sujet
LI
Eh bien?
AR
Ah dame! Haïssez-vous¨ la qualité de soldat?
avez-vous une aversion de
LI
Qu'appelez-vous un soldat?
AH
Oui,par exemple, un soldat d'antichambre.
LI
Un soldat d'antichambre! Ce n'est donc point à Dorante que je parle enfin.
AR
C'est lui qui est mon capitaine. Je suis Arlequin.
LI
Faquin!¨
méchant
AR
(à part) Je n'ai pu éviter¨ la rime.
prévenir
LI
Mais voyez ce magot!¨ tenez!
gorille
AR
La Jolie culbute¨ que je fais.
action de tomber
LI
Il y a une heure que je lui demande grâce¨ et que je m’épuise¨ en humilités¨ pour cet animal-là. Touchez lਠArlequin. Je suis prise pour dupe. Le soldat d'anti-chambre vaut bien la coiffeuse de madame.
excuse; me fatigue; compliments; vraiment
AR
La coiffeuse de madame!
LI
Venons au fait. M'aimes-tu?
AR
Pardi, oui. En changeant de nom tu n'as pas changé de visage, et tu sais bien que nous nous sommes promis fidélité en dépit de¨ toutes les fautes d’orthographe.¨
malgré; la manière d’écrire
LI
Va. le mal n'est pas grand, consolons-nous;il y a apparence¨ que ton maître est encore dans l'erreur à l’égard de ma maîtresse; ne l'avertis¨ de rien; laissons les choses comme elles sont.Je crois que le voici qui entre. Monsieur, je suis votre servante.(Elle sort)
semble; informe
AR
Et moi votre valet, madame.(il rit)
Scène II. Dorante, Arlequin, puis Silvia.
AR
(à Dorante) Votre soubrette arrive.
(à Silvia)Bonjour Lisette; je vous recommande Bourguignon; c'est un garcon qui a quelque mérite.¨ (il sort).
valeur
DO
(à part) Qu'elle est digne¨ d'être aimée.
de valeur à
SI
Où étiez-vous, monsieur? Je n'ai pu vous retrouver pour vous rendre compte¨ de ce que j'ai dit à M. Orgon.
rapporter
DO
Je ne me suis pourtant pas éloigné.¨ Mais de quoi s' agit-il?
n’étais pas loin
SI
(à part) Quelle froideur!(Haut) J'ai eu beau¨ décrier¨ votre valet; j'ai eu beau lui représenter¨ qu'on pouvait du moins reculer¨ le mariage, il ne m'a pas seulement écoutée. Je vous avertis¨ même qu'on parle d’envoyer chez le notaire¨ et qu'il est temps de vous déclarer.
malgré que je; critiquer; expliquer; retarder; informe; (pour l'acte du mariage)
DO
C'est mon intention. Je vais partir incognito, et je laisserai un billet qui instruira¨ M. Orgon de tout.
informera
SI
Quoi! sérieusement? vous partez?
DO
Nous avez bien peur que je ne change d'avis.¨
d'opinion
SI
Que vous êtes aimable d'être si bien au fait.¨
informé
DO
Cela est bien naïf.
SI
(à part). S'il part, je ne l'aime plus, je ne l’épouserai jamais ... (Elle le regarde aller).Il s'arrête pourtant; il rêve¨ ... il regarde si je tourne la tête, et je ne saurais le rappeler,¨ moi ...il serait pourtant singulier¨ qu'il partît, après tout ce que j'ai fait. Ah! voilà qui est fini; il s'en va; je n'ai pas, tant de pouvoir¨ sur lui que je le croyais.
médite; faire revenir; étonnant; influence
Quel dénouement. Dorante reparaît pourtant; il me semble¨ qu'il revient.Je me dédis¨ donc;je l'aime encore ...Feignons¨ de sortir, afin qu'il m'arrête; il faut bien que notre réconciliation¨ lui coûte quelque chose.
je crois; retire ce que j'ai dit; simulons; remise d'accord
DO
(l’arrêtant) Restez,je vous prie;j'ai encore quel-que chose à vous dire.
SI
À moi,monsieur?
DO
J'ai de la peine¨ à partir sans vous avoir convaincue¨ que je n'ai pas tort¨ à le faire.
des difficultés; fait comprendre; j'ai raison
SI
Eh! monsieur,d e quelle conséquence¨ est-il de vous justifier¨ auprès de moi? Ce n'est pas la peine;¨ je ne suis qu'une servante et vous me le faites bien sentir. Vous m'aimez; mais votre amour n'est pas une chose bien sérieuse pour vous. La distance qu'il y a de vous à moi, mille objets¨ que vous allez trouver sur votre chemin, l'envie¨ qu'on aura de vous rendre sensible,¨ les amusements d'un homme de votre condition,¨ tout va vous ôter¨ cet amour dont vous m'entretenez¨ impitoyablement,¨ Vous en rirez peut-être au sortir d'ici, et vous aurez raison. Mais moi,monsieur,si je m'en ressouviens¨ comme j'en ai peur,s'il m'a frappée, quel secours¨ aurai-je contre l'impression qu'il n'aura faite? Qui est-ce qui me dédommagera¨ de"votre perte?
importance; excuser; important; (ici:des femmes); désir; travailler sur vos sentiments; standing; éliminer; parlez; sans pitié; me le(à l'amour)rappelle; aide; réparera
DO
Ah! ma chère Lisette, que viens-je d'entendre? Tes paroles ont un feu qui me pénètre¨ Je t'adore,je te respecte. Il n'est¨ ni rang, ni fortune qui ne disparaisse devant une âme comme la tienne. J'aurais honte¨ que mon orgueil¨ tint¨ encore contre toi, et mon cœur et ma main t'appartiennent.¨
entre dans mon cœur; il n' y a; regretterais; arrogance; s'opposa; sont à toi
SI
Quoi! Vous m’épouserez malgré ce que vous êtes, malgré la colère¨ d'un père, malgré votre fortune?
fureur
DO
Mon père me pardonnera des qu'il vous aura vue. Ma fortune nous suffit¨ à tous deux et le mérite vaut¨ bien la naissance. Ne disputons point,car Je ne changerai jamais.
est assez; aussi important que
SI
Il ne changera jamais! Savez-vous bien que vous me charmez, Dorante.
DO
Ne gênez¨ donc plus votre tendresse¨ et laissez-la répondre.
cachez; amour
SI
Enfin, je suis venue à bout.¨ Vous ... vous ne change-
je ne sais plus que dire
rez jamais?
DO
Non, ma chère Lisette.
SI
Que d'amour!
Scène III. Dorante, Silvia, Orgon, Lisette, Arlequin,Mario.
SI
Ah! mon père, vous avez voulu que je fusse à Dorante. Venez voir votre fille vous obéir avec plus de joie qu'on n'en eut jamais.
DO
Qu'entends-je! Vous, son père, monsieur?_
SI
Oui, Dorante; la même idée de nous connaître est venue a tous deux. Après cela je n'ai plus rien a vous dire; vous m'aimez, je n'en saurais plus douter, mais
à votre tour, jugez¨ de mes sentiments pour vous; jugez du cas¨ que j'ai fait de votre,cœur par la délicatesse avec la quelle j'ai tâché de l’acquérir.¨
faites votre opinion; valeur; gagner
DO
Je ne saurais vous exprimer mon bonheur, madame, mais ce qui m'enchante¨ le plus,ce sont les preuves¨ que je vous ai données de ma tendresse.¨
charme; signes; amour
AR
(à Lisette) De la joie, madame! Vous avez perdu votre rang, mais vous n'êtes point à plaindre, puisqu’Arlequin vous reste.
LI
Belle consolation!¨ il n'y a que toi qui gagne à cela.¨
compensation; profite
AR
Je n'y perds pas. Avant notre connaissance votre dot¨ valait mieux que vous; à présent¨ vous valez mieux que votre dot. Allons, saute, marquis!;
argent de mariage; maintenant