Index
1 La chanson de Roland
2 Le roman de Tristan et Iseut
3 Le Roman de Perceval ou le conte du Graal
4 Le roman de la rose
5 François Villon
6 Francois Rabelais
7 La pléiade
8 Michel de Montaigne
9 René Descartes et le rationalisme
10 Pierre Corneille
11 Molière
12 Blaise Pascal
13 Jean Racine
14 Jean de la Fontaine
15 Nicolas Boileau
16 Madame de la Fayette
17 Marivaux
18 L'Abbé Prevost
19 Voltaire
20 Montesquieu
21 Denis Diderot
22 Jean-Jacques Rousseau
23 Beaumarchais
24 Chateaubriand
25 Benjamin Constant
26 Alphonse de Lamartine
27 Alfred de Vigny

19. Voltaire

19.1. Histoire de Charles XII (1731)

DISCOURS ¨
introduction
La fureur d’écrire est venue au point qu'à peine¨ un souverain cesse de vivre,¨ que le public est inondé de¨ volumes¨ sous le nom de mémoires, d'histoires de sa vie, d'anecdotes de sa cour. Cette saintongeaise¨ de transmettre¨ à la postérité¨ des détails inutiles, et d'arrêter les yeux des siècles à venir sur des événements communs¨ vient d'une faiblesse, très ordinaire à ceux qui ont vécu dans quelque cour, et qui ont eu le malheur d'avoir quelque part¨ aux affaires publiques. Ils regardent la cour où ils ont vécu comme la plus belle qui ait jamais été, le roi qu'ils ont vu comme le plus grand monarque, les affaires dont ils se sont mêlés¨ comme ce qui a jamais été de plus important dans le monde: ils s'imaginent¨ que la postérité¨ verra tout cela avec les mêmes yeux.
tout juste; meurt; fatigué; livres; désir; faire passer; avenir; ordinaires; coopération; occupés; pensent; gens après eux
Qu'arrive-t-il? Ce prince meurt: on prend après lui des mesures toutes différentes; on oublie et les intrigues de sa cour, et ses maîtresses, et ministres, et ses généraux, et ses guerres, et lui-même.
On se serait donc bien donné de garde¨ d'ajouter cette histoire particulière¨ de Charles XIII, roi de Suède, à la multitude¨ des livres dont le public est accablé;¨ mais on n'a pas été déterminé¨ seulement à donner cette vie pour la petite satisfaction¨ d’écrire des faits extra-ordinaires; on a¨ pensé que cette lecture pourrait être utile à quelques princes.
je me serais défendu; spéciale; masse; fatigué; décidé; contentement; j'ai
On a¨ composé cette histoire sur des récits¨ de personnes connues, qui ont passé plusieurs années auprès de Charles XII et de Pierre le Grand, empereur de Moscovie, et qui, s’étant retirées dans un pays libre, longtemps après la mort de ces princes, n'avaient aucun intérêt a déguiser¨ la vérité.
j'ai; histoires; masquer
On n'a pas avancé un seul fait sur lequel on n'ait consulté des témoins oculaires¨ et irréprochables;¨ c'est pourquoi on trouvera cette histoire fort¨ différente des gazettes¨ qui ont paru jusqu'ici sous le nom de la vie de Charles XII.
gens qui ont vu; intègres; très; revues
On est obligé¨ d'avertir¨ que plusieurs choses qui étaient vraies lorsqu'on¨ écrivit cette histoire,(en l728),cessent¨ déjà de l'être aujourd'hui(en l73l). Il faut toujours, lorsqu'on lit une histoire, songer¨ au temps où l'auteur a écrit. Un homme qui ne lirait que le cardinal de Retz prendrait les Français pour des forcenés¨ qui ne respirent¨ que la guerre civile, la faction¨ et la folie. Celui qui ne lirait que l'histoire des belles années de Louis XIV dirait: les Français sont nés pour obéir, pour vaincre¨ et pour cultiver les arts. Un autre qui verrait les mémoires des premières années de Louis XV ne remarquerait dans notre nations que mollesse,¨ une avidité¨ extrême de s'enrichir,et trop d’indifférence pour tout le reste.
je dois; informer; je; ne le sont plus; penser; furieux; sont obsédés par; agitation politique; triompher; faiblesse; désir
Il faudrait dire, en parlant d'une nation: Elle paraissait telle¨ sous un tel gouvernement et en telle année.
comme ça

19.2. Lettres Anglaises (l754)

Vous voulez que je vous donne une idée générale du peuple avec lequel je vis.
C'est ici le pays des Sectes. Un Anglais, comme homme libre, va au ciel par le chemin qui lui plaît. Cependant, quoique¨ chacun puisse ici servir Dieu a sa mode, leur véritable religion, celle où l'on fait fortune, est la Secte des Épiscopaux, appelée l’église Anglicane, ou l’Église par excellence. On ne peut avoir d'emploi ni en Angleterre, ni en Irlande, sans être du nombre des fidèles¨ Anglicans; cette raison, qui est une excellente preuve,¨ a converti¨ tant de non-conformistes, qu'aujourd'hui, il n'y a pas la vingtième partie de la Nation qui soit hors du giron¨ de l’Église dominante.
malgré que; un des croyants; ici:raison; fait changer de religion; groupe
La Religion Anglicane ne s’étend¨ qu'en Angleterre et en Irlande. Le Presbytérianisme est la Religion dominante en Écosse. Ce Presbytérianisme n'est autre chose que le Calvinisme pur, tel¨ qu'il avait été établi¨ en France et qu'il subsiste¨ à Genève.
se trouve; comme; fondé; existe encore
Quoique la Secte Épiscopale et la Presbytérienne soient les deux dominantes dans la Grande Bretagne, toutes les autres y sont bienvenues¨ et vivent toutes assez bien ensemble, pendant que la plupart de leurs prédicants se détestent¨ réciproquement¨ avec presque autant de cordialité qu'un Janséniste damne¨ un Jésuite.
acceptées; haïssent; l'un l'autre; envoie aux diables
S'il n'y avait en Angleterre qu'une Religion, le despotisme serait à craindre; s'il y en avait deux, elles se couperaient la gorge; mais il y en a trente, et elles vivent en paix heureuse.
La Nation Anglaise est la seule de la terre, qui soit parvenue¨ à régler le pouvoir des Rois en leur résistant,¨ et qui, d'efforts en efforts, ait enfin établi¨ ce Gouvernement sage, où le Prince tout puissant pour faire du bien, a les mains liées pour¨ faire le mal, où les Seigneurs sont grands sans insolence¨ et sans vassaux¨ et où le peuple partage¨ le gouvernement sans confusion.¨ La Chambre des Pairs et celle des Communs sont les arbitres de la Nation, le Roi est le Sur-Arbitre.
ait réussi; s'opposant à eux; installé; ne peut pas; manque de respect; dépendants; prend part au; difficulté
Il en a coûté¨ sans doute pour établir la liberté en Angleterre; c'est dans des mers de sang qu'on a noyé¨ l'Idole du pouvoir despotique; mais les Anglais ne croient point avoir acheté trop cher de bonnes lois.
a été difficile; tué
Les autres Nations n'ont pas eu moins de troubles, n'ont pas versé moins de sang; mais ce sang qu'elles ont répandu pour la cause de leur liberté n'a fait que cimenter¨ leur servitude.
consolider

19.3. Candide ou l'optimisme (l759)

Il y avait en Westphalie,dans le château de monsieur le baron de Thunder-ten-tronckh, un jeune garçon a qui la nature avait donné les mœurs¨ les plus douces. Sa physionomie¨ annonçait son âme. Il avait le jugement¨ assez droit, avec l'esprit le plus simple; c'est, je crois, pour cette raison qu'on le nommait Candide.¨ Les anciens domestiques de la maison soupçonnaient¨ qu'il était le fils de la sœur de M.le baron.
habitudes; visage; raison; (=Le Pur); supposaient
M.le baron était un des plus puissants seigneurs de la Westphalie, car son château avait une porte et des fenêtres. Mme la baronne, qui pesait environ trois cent cinquante livres¨ s'attirait par la une très grande considération.¨ Sa fille Cunégonde, âgée de dix-sept ans, était haute en couleur, fraîche, grasse, appétissante. Le fils du baron paraissait en tout digne de¨ son père. Le précepteur¨ Pangloss était l'oracle de la maison, et le petit Candide écoutait ses leçons avec toute la bonne foi¨ de son âge et de son caractère.
demi-kilos; respect; de la même valeur; professeur privé; confiance
Pangloss enseignait¨ la métaphysico-thélogo-cosmoloni-gologie. Il prouvait¨ admirablement qu'il n'y a point d' effet sans cause, et que, dans ce meilleur des mondes possibles, le château de monseigneur le baron était le plus beau des châteaux et madame la meilleure des baronnes possibles. Candide écoutait attentivement, et croyait innocemment,¨ car il trouvait Mlle Cunégonde extrêmement¨ belle quoiqu'il ne prit jamais la hardiesse¨ de le lui dire.
professait; démontrait; naïvement; très; courage
Un jour, Cunégonde en se promenant rencontra Candide revenant au château, et rougit; Candide rougit aussi; elle lui dit bonjour d'une voix entrecoupée, et Candide lui parla sans savoir ce qu'il disait. Le lendemain après le dîner, comme on sortait de table, Cunégonde et Candide se trouvèrent derrière un paravent; Cunégonde laissa tomber son mouchoir, Candide le ramassa, elle lui prit innocemment la main, le jeune homme baisa innocemment la main de la jeune demoiselle avec une vivacité, une sensibilité, une grâce toute particulière;¨ leurs bouches se rencontrèrent, leurs yeux s’enflammèrent.
spéciale
M.le baron de Thunder-ten-tronckh passa auprès du paravent, et, voyant cette cause et cet effet, chassa Candide du château a grands coups de pied dans le derrière; Cunégonde s’évanouit;¨ elle fut souffletée¨ par Mme la Baronne dès¨ qu'elle fut revenue à elle-même; et tout fut consterné dans le plus beau et le plus agréable des châteaux possibles.
perdit conscience; frappé au visage; immédiatement quand
Candide, chassé du paradis terrestre, marcha longtemps sans savoir où. Il s’arrêta tristement à la porte d'un cabaret. Deux hommes habillés de bleu le remarquèrent:¨ Camarade," dit l'un, "mettez-vous à table; non seulement nous vous défraierons, mais nous ne souffrirons¨ jamais qu'un homme comme vous manque d'argent. N'aimez-vous pas tendrement ...?"
aperçurent; tolérons
"Oh! oui," répondit-il, "j'aime tendrement Mlle Cunégonde."
"Non," dit l'un de ces messieurs, "nous vous demandons si vous n'aimez pas tendrement le roi des Bulgares."
"Point du tout," dit-il, car je ne l'ai jamais vu.
"Comment! c'est le plus charmant des rois, et il faut boire à sa santé."
"Oh! très volontiers¨ Messieurs," et il boit.
avec plaisir
"C'en est assez," lui dit-on, "vous voila l'appui,¨ le soutien, le défenseur, le héros des Bulgares, votre fortune est faite, et votre gloire est assurée."
aide
On lui met sur-le-champ¨ les fers aux pieds, et on le mène au régiment. Le régiment était compose de deux mille hommes, quand le roi des Bulgares livra bataille au roi des Arabes. Rien n’était si beau, si leste,¨ si brillant, si bien ordonné que les deux armées. Les canons renversèrent¨ d'abord à peu près six mille hommes de chaque côté; ensuite la mousqueterie¨ ôta¨ du meilleur des mondes environ neuf à dix mille coquins.¨ Le tout pouvait bien se monter à une trentaine de mille âmes.
immédiatement; vif; abattirent; fusillade; élimina; méchants
Enfin,tandis¨ que les deux rois faisaient chanter des "Te Deum"¨ chacun dans son camp, il prit le parti d'aller raisonner ailleurs des effets et des causes. Il s'enfuit au plus vite dans un autre village; il appartenait a des Bulgares.
pendant; (pour remercier Dieu)
Candide, toujours marchant, arriva enfin hors du théâtre de la guerre, portant quelques provisions dans son bissac, et n'oubliant jamais Mlle Cunégonde. Ses provisions lui manquèrent quand il fut en Hollande; mais, ayant entendu dire que tout le monde était riche dans ce pays-là, et qu'on y était chrétien, il ne doute pas qu'on le traitât¨ aussi bien qu'il l'avait été dans le château de monsieur le baron avant qu'il en eût été chassé pour les beaux yeux de Mlle Cunégonde.
reçût
Il demanda l'aumône¨ à plusieurs graves personnages, qui lui répondirent tous que, s'il continuait à faire ce métier, on l'enfermerait dans une maison de correction¨ pour lui apprendre à vivre.
don d'argent; prison
Un homme qui n'avait pas été baptise, un bon anabaptiste, nommé Jacques, vit la manière cruelle dont on traitait ainsi un de ses frères; il l'amena chez lui, le nettoya, lui donna du pain et de la bière, lui fit présent de deux florins.
Le lendemain, en se promenant, il rencontra un gueux¨ tout couvert de pustules,¨ les yeux morts. Le fantôme le regarda fixement, versa¨ des larmes et sauta à son cou. Candide, effrayé¨ recule.¨
pauvre; tumeurs; pleura; paniqué; fait un pas en arrière
"Hélas!" dit le misérable, "ne reconnaissez-vous plus votre cher Pangloss?"
"Qu'entends-je? Vous mon cher maître! vous, dans cet état horrible! Quel malheur vous est-il donc arrivé?"
"Je n'en peux plus," dit Pangloss. Aussitôt Candide le mena dans l’étable de l'anabaptiste, ou il lui fit manger un peu de pain; et quand Pangloss fut refait: "Eh bien," lui dit-il, "Cunégonde?"
"Elle est morte", reprit l'autre.
"Cunégonde est morte! Ah! meilleur des mondes, où êtes-vous? Mais de quelle maladie est-elle morte?"
"Elle a été éventrée¨ par des soldats bulgares; ils ont cassé la tête a M.le baron, qui voulait la défendre; Mme la baronne a été coupée en morceaux; mon pauvre pupille, traité précisément comme sa sœur; et quant au¨ château, il n'est pas resté pierre sur pierre."
tuée par des coups de couteaux; pour le
"O Pangloss!" s’écria Candide; "mais il faut vous faire guérir."
"Et comment le puis-je?" dit Pangloss, "je n'ai pas le sou, mon ami".
Ce discours¨ détermina¨ Candide; il alla se jeter aux pieds de son charitable¨ anabaptiste Jacques; le bonhomme n’hésite pas à recueillir¨ le docteur Pangloss; il le fit guérir à ses dépens.¨ Pangloss, dans la cure, ne perdit qu'un œil et une oreille. Il écrivait bien et savait parfaitement l’arithmétique; L'anabaptiste Jacques en¨ fit son teneur de livres.
paroles; décida; bon; recevoir chez lui; en payant lui-même; de lui
Au bout de¨ deux mois, étant obligé d'aller à Lisbonne pour les affaires de son commerce, il mena dans son vaisseau¨ ses deux philosophes. Pangloss lui expliqua comment tout on n’était pas mieux. Jacques n’était pas de cet avis.¨ Tandis qu'il raisonnait,¨ l'air s'obscurcit, les vents soufflèrent des quatre coins du monde, et le vaisseau fut assailli¨ de la plus horrible tempête à la vue du port de Lisbonne. Le vaisseau s'entrouvre, tout
après; bateau; opinion; argumentait; attaqué
périt¨ à la réserve de Pangloss et de Candide.
mourut
Quand ils furent revenus un peu à eux, ils marchèrent vers Lisbonne. À peine ont-ils mis le pied dans la ville, en pleurant la mort de leur bienfaiteur, qu'ils sentent la terre trembler sous leurs pas; les maisons s’écroulent,¨ trente mille habitants de tout âge et de tout sexe sont écrasés sous des ruines.
tombent en ruine
Le lendemain ils travaillèrent comme les autres à soulager¨ les habitants échappés à la mort. Quelques citoyens secourus¨ par eux leur donnèrent un aussi bon dîner qu'il le pouvait dans un tel désastre.¨ Il est vrai que le repas était triste; les convives¨ arrosaient leur pain de leurs larmes; mais Pangloss les consola¨ en les assurant que les choses ne pouvaient être autrement: "Car," dit-il, "tout ceci est ce qu'il y a de mieux. Car, s'il y a un volcan à Lisbonne, il ne pouvait être ailleurs. Car c'est impossible que les choses ne soient pas où elles sont. Car tout est bien".
aider; aidés; catastrophe; invités; calma
Un petit homme noir, familier¨ de l'Inquisition, lequel était à côté de lui, prit poliment la parole et dit:
habitué
"Apparemment¨ que monsieur ne croit pas au péché originel;¨ car, si tout est au mieux, il n'y a donc eu ni chute, ni punition."
visiblement; péché d'Adam
"Je demande très humblement pardon à Votre Excellence," répondit Pangloss encore plus poliment, "car la chute de l'homme et la malédiction¨ entraient nécessairement dans le meilleur des mondes possibles."
condamnation par Dieu
"Monsieur ne croit donc pas à la liberté?" dit le familier.
"Votre Excellence m'excusera," dit Pangloss; "la liberté peut subsister avec la nécessité absolue; car il était nécessaire que nous fussions libres; car enfin la volonté déterminée...".
Pangloss était au milieu de sa phrase, quand le familier fit un signe de tête à son estafier¨ qui lui servait à boire du vin de Porto, ou d'Oporto.
valet
Après le tremblement de terre qui avait détruit¨ les trois quarts de Lisbonne, les sages du pays avaient pas trouvé un moyen plus efficace pour prévenir une ruine totale que de donner au peuple un bel auto-da-fe;¨ il était décidé par l’université de Coïmbre que le spectacle, de quelques personnes brûlées à petit feu en grande cérémonie, est un secret infaillible¨ pour empêcher la terre de trembler. On avait en conséquence saisi¨ un Biscayen et deux Portugais; on vint lier¨ après le dîner le docteur Pangloss et son disciple Candide, l'un pour avoir parlé, et l'autre pour avoir écouté avec un air d'approbation;¨ tous deux furent menés séparément¨ dans des appartements d'une extrême fraîcheur,¨ dans lesquels on n’était jamais incommodé du soleil. Candide, épouvanté,¨ interdit,¨ éperdu¨ tout sanglant, tout palpitant¨ se disait a lui-même; "Si c'est ici le meilleur des mondes possibles, que sont donc les autres?" lorsqu'une vieille l'aborda¨ et lui dit: "Mon fils, prenez courage, suivez-moi".
ravagé; punition par le feu; parfait; arrêté; arrêter et lier; adhésion; à part; froideur; effrayé; perplexe; agité; tremblant; s'adressa à lui
Candide ne prit point courage, mais il suivit la vieille dans une masure;¨ elle lui donna à manger et a boire. "Mangez, buvez et dormez," lui dit-elle, "je reviendrai demain".
baraque
Candide, malgré tant de malheurs, mangea et dormit. Le lendemain la vieille lui apporte à déjeuner; elle revint sur le soir. "Venez avec moi," dit-elle, "et ne dites mot".
Elle le prend sous le bras, et marche avec lui dans la campagne environ un quart de mille¨ ils arrivent a une maison isolée, entourée de jardins et de canaux. La vieille frappe à une petite porte. On ouvre; elle mens Candide dans un cabinet doré, le laisse sur un canapé de brocart, referme la porte, et s'en va.
1 mille=l6O9 mètres
La vieille reparut bientôt; elle soutenait avec peine¨ une femme tremblante; d'une taille¨ majestueuse et couverte d'un voile. "Ôtez¨ ce voile," dit la vieille à Candide. Le jeune homme approche;¨ il lève le voile d'une main timide.
difficilement; corps; retirez; vient plus près
Quel moment! quelle surprise! il croit voir Mlle Cunégonde; il la voyait en effet,¨ c’était elle-même. La vieille prit alors la parole et dit: "Il Y a trois chevaux andalous dans l’écurie; montons vite à cheval, et allons a
en vérité
Cadix. Aussitôt Candide selle les trois chevaux. Cunégonde, la vieille et lui font trente milles d'une traite.¨
sans arrêt
A Cadix, on équipait¨ une flotte,¨ et on y assemblait¨ troupes pour mettre à la raison¨ les révérends pères jésuites du Paraguay, qu'on accusait d'avoir fait révolter¨ une de leurs hordes contre les rois d'Espagne et du Portugal. Candide, ayant servi chez les Bulgares, fit l'exercice bulgarien devant le général de la petite armée avec tant de grâce, qu'on lui donna une compagnie d'infanterie à commander. Le voilà capitaine; il s'embarque avec Mlle Cunégonde, la vieille, deux valets.
des préparait; des bateaux; réunissait; soumettre; rebeller
On aborda¨ dans Buenos Aires. Cunégonde, le capitaine Candide et la vieille allèrent chez le gouverneur Don Fernando d'Ibaraa, y Figueora, y Mascarenes, y Lampourdos, y Souza. Cunégonde lui parut ce qu'il avait jamais vu de plus beau. Il ordonna au capitaine Candide d'aller faire la revue¨ de sa compagnie. Candide obéit; le gouverneur demeura¨ avec Mlle Cunégonde. Il lui déclara sa passion, lui protesta¨ que le lendemain il l’épouserait à la face de L’Église, ou autrement, ainsi¨ qu'il plairait a ses charmes. Cunégonde lui demanda un quart d'heure pour se recueillir,¨ pour consulter la vieille et pour se déterminer.¨
arriva; inspection; resta; assura; comme; méditer; décider
La vieille dit à Cunégonde: "Mademoiselle, il ne tient¨ qu'à vous d'être la femme du plus grand seigneur de l’Amérique méridionale¨ qui a une très belle moustache. J'avoue¨ que si j’étais à votre place, je ne ferais aucun scrupule d’épouser M.le gouverneur et de faire la fortune de M.le capitaine Candide". Tandis¨ que la vieille parlait avec toute la prudence¨ que l'âge et l’expérience¨ donnent, on vit entrer dans le port un petit vaisseau;¨ il portait un alcade et des alguazils¨ et voici ce qui était arrive.
dépend; du sud; reconnais; pendant; réflexion; pratique; bateau; militaires
La fuite de Cunégonde et de Candide était déjà connue.
On les suivit à Cadix; on envoya sans perdre de temps un vaisseau à leur poursuite.¨ Le vaisseau était déjà dans le port de Buenos Aires. La prudente¨ vieille vit dans l'instant¨ tout ce qui était à faire.
après eux; attentive; immédiatement
"Vous ne pouvez fuir," dit~elle à Cunégonde, "et vous n'avez rien à craindre¨ et le gouverneur qui vous aime, ne souffrira¨ pas qu'on vous maltraite;¨ demeurez.¨ Elle court sur-le-champ¨ à Candide:
pas à avoir peur; tolérera; brutalise; restez; immédiatement
"Fuyez," dit-elle, "ou, dans une heure, vous allez être brûlé". Il n'y avait pas un moment à perdre.
Candide avait amené de Cadix un valet; c’était un quart d'Espagnol, né d'un métis de Tucuman; il avait été enfant de chœur, sacristain, matelot, moine,¨ facteur, soldat, laquais. Il s'appelait Cacambo, et aimait fort¨ son maître. Il sella au plus vite les deux chevaux andalous.
religieux; beaucoup
"Allons,mon maître, suivons le conseil de la vieille; partons,et courons sans regarder derrière nous".
Candide versa des larmes.¨
pleura
"Ou me mènes-tu? ou allons-nous? que ferons-nous sans Cunégonde?" disait Candide.
"Tournons vers la Cayenne," dit Cacambo; "nous y trouverons des Français; ils pourront nous aider.Dieu aura peut-être pitié de nous".
Il n'était pas facile d'aller à la Cayenne; leurs chevaux moururent de fatigue; leurs provisions furent consumées.¨ Cacambo dit a Candide: "Nous n'en pouvons plus, nous avons assez marché; j'aperçois un canot vide sur le rivage,¨ laissons-nous aller au courant".
détruites; bord
Ils vaguèrent¨ quelques lieues¨ entre des bords tantôt¨ fleuris,tantôt¨ arides.¨ Au bout de vingt-quatre heures leur canot se fracassa¨ contre les écueils;¨ il fallut se traîner de rocher en rocher pendant une lieue entière; enfin ils découvrirent un horizon immense, bordé de montagnes. Candide mit pied à terre avec Cacambo auprès du premier village qu'il rencontra. Quelques enfants du village, couverts de brocarts d'or, jouaient au palet¨ à l’entrée du bourg.¨ Nos hommes de l'autre monde s'amusèrent à les regarder; leurs palets¨ étaient d'assez larges pièces rondes, jaunes, rouges, vertes, qui jetaient un éclat¨ singulier.¨ Il prit envie aux"voyageurs¨ d'en ramasser quelques-uns; c'était de l'or, des émeraudes¨ , des rubis. Les voyageurs, ne manquèrent pas de ramasser l'or, les rubis et les émeraudes.
naviguèrent; (±4km); à un moment; à un autre moment; secs; cassa; rocher; (certain jeu); village; pierres du jeu; lumière; extraordinaire; les v. voulurent; pierre précieuse
"Ou sommes-nous?" s’écria Candide. Cacambo était aussi surpris que Candide. Ils s’approchèrent enfin de la première maison du village. Une musique délicieuse de cuisine se faisait sentir. Cacambo s'approcha de la porte."
Je vous servirai d’interprète,¨ " dit-il à Candide; "entrons,c'est ici un cabaret".
traducteur
Aussitôt deux garçons et deux filles de l'hôtellerie les invitent à se mettre à la table de l'hôte.¨ Quand le repas fut fini, Cacambo crut, ainsi que¨ Candide bien payer son écot.¨ "Messieurs,dit l’hôte, nous voyons bien que vous êtes des étrangers. Toutes les hôtelleries établies¨ pour la commodité¨ du commerce sont payées par le gouvernement."
patron; comme; repas; fondées; confort
Cacambo expliquait tous les discours¨ de l’hôte.
paroles
"Quel est donc ce pays," se disaient-ils l'un et l'autre, "inconnu a tout le reste de la terre,et où toute la nature est d'une espèce¨ si différente de la notre? C'est probablement le pays où tout va bien".
genre
Cacambo témoigna¨ à son hôte toute sa curiosité; l'hôte lui dit:"Je suis fort ignorant¨ et je m'en trouve bien; mais nous avons ici un vieillard retiré de la cour¨ qui est le plus savant homme du royaume, et le plus communicatif.¨ Aussitôt il mène Cacambo chez le vieillard.
montra; très peu instruit; (cour du rd); qui aime parler
Le vieillard reçut les deux étrangers et satisfit¨ leur curiosité en ces termes:
contenta
"Je suis âgé de cent soixante et douze ans. Le royaume où nous sommes est l'ancienne patrie des Incas. Les Espagnols ont eu une connaissance confuse¨ de ce pays, ils l'ont appelé El Dorado".
peu claire
La conversation fut longue; elle roula sur la forme du gouvernement, sur les mœurs,¨ sur les femmes,sur les spectacles publics, sur les arts. Enfin Candide,qui avait toujours du goût¨ pour la métaphysique,fit demander par Cacambo si dans le pays il y avait une religion.
habitudes; préférence
Le vieillard rougit un peu. "Comment donc,dit-il,en pouvez-vous douter? Est-ce que vous nous prenez¨ pour des ingrats?¨ Nous avons,je crois,la religion de tout le monde; nous adorons Dieu du soir jusqu'au matin".
tenez; gens peu reconnaissants
Candide voulut savoir comment on priait Dieu dans l'Eldorado.
"Nous ne le prions point," dit le bon et respectable sage; "nous n'avons rien à lui demander;il nous a donné tout ce qu'il nous faut;nous le remercions sans cesse."¨
sans arrêt
Candide eut la curiosité de voir des prêtres; il fit demander où ils étaient. Le bon vieillard sourit."Mes amis nous sommes tous prêtres".
"Quoi! vous n'avez point de moines qui enseignent,¨ qui disputent,qui gouvernent,¨ qui cabalent,¨ et qui font brûler les gens qui ne sont point de leur avis?¨ "
font la leçon; dirigent; complotent; opinion
"Il faudrait que nous fussions fous,¨ " dit le vieillard; "nous sommes tous ici du même avis,et nous n'entendons pas ce que vous voulez dire avec vos moines. Candide à tous ces discours demeurait¨ en extase.
idiots; restait
Après cette longue conversation,le bon vieillard fit atteler un carrosse à six moutons, et donna douze de ses domestiques aux deux voyageurs pour les conduire à la cour. Sa Majesté les reçut avec toute la grâce imaginable.
Ils passèrent un mois dans cet hospice.¨ Candide ne cessait¨ de dire à Cacambo: "Il est vrai, mon ami, encore une fois, que le château où je suis né ne vaut pas le pays où nous sommes; mais enfin Mlle Cunégonde n'y est pas, et vous avez sans doute quelque maîtresse en Europe. Si nous restons ici, nous n'y serons que comme les autres; au lieu que¨ si nous retournons dans notre monde seulement avec douze moutons chargés de cailloux d'Eldorado, nous serons plus riches que tous les rois ensemble, nous n'aurons plus d'inquisiteurs à craindre, et nous pourrons aisément¨ reprendre Mlle Cunégonde".
asile; arrêtait; mais; facilement
Ce discours plut à Cacambo; on aime tant à courir, à se faire valoir chez les siens, à faire parade de ce qu'on a vu dans ses voyages, que les deux heureux résolurent de ne plus l’être et de demander leur congé¨ à Sa Majesté.
permission de partir
Ce fut un beau spectacle que leur départ.
La première journée de nos voyageurs fut assez agréable. À la seconde journée deux de leurs moutons s'enfoncèrent¨ dans des marais¨ ; sept ou huit périrent¨ ensuite de faim dans un désert; d'autres tombèrent au bout de quelques jours dans des précipices.¨ Enfin, après cent jours de marche, il ne leur resta que deux moutons. Candide dit à Cacambo: "Mon ami,vous voyez comme les richesses de ce monde sont périssables;¨ il n'y a rien de solide que la vertu¨ et le bonheur de revoir Mlle Cunégonde.
disparurent; terrains humides; moururent; trous; peu durables; intégrité
"Je l'avoue,¨ " dit Cacambo; "mais il nous reste encore deux moutons avec plus de trésors¨ que n'en aura jamais le roi d’Espagne, et je vois de loin une ville que je soupçonne¨ être Surinam, appartenant aux Hollandais. Nous sommes au bout¨ de nos peines.¨ "
reconnais; richesses; suppose; fin; problèmes
La première chose dont ils s'informent, c'est s'il n'y a point au port quelque vaisseau¨ qu'on pût envoyer à Buenos Aires. Celui à qui ils s’adressèrent était justement un patron espagnol, qui s'offrit à faire avec eux un marché¨ honnête.¨ Candide,qui avait le cœur sur les lèvres conta à l'Espagnol toutes ses aventures, et lui avoua¨ qu'il voulait enlever¨ Mlle Cunégonde.
bateau; contrat; correct; garde-dit en confiance; kidnapper
"Je me garderai bien de vous passer¨ à Buenos Aires," dit le patron; "je serais pendu et vous aussi. La belle Cunégonde est la maîtresse favorite de monseigneur".
transporter
Ce fut un coup de foudre pour Candide; il pleura longtemps; enfin il tira à part Cacambo:
"Voici mon cher ami," lui dit-il, "ce qu'il faut que tu fasses.Nous avons chacun dans nos poches pour cinq ou six millions de diamants; tu es plus habile que moi; va prendre Mlle Cunégonde a Buenos Aires. Si le gouverneur fait quelque difficultés, donne-lui un million; s'il ne se rend pas, donne-lui en deux; tu n'as pas tué d'inquisiteur, on ne se défiera¨ point de toi. J’équiperai¨ un autre vaisseau; j'irai t'attendre à Venise."
méfiera; préparerai
Cacambo partit des le jour même. Candide resta encore quelque temps à Surinam. Enfin,un vaisseau français étant sur le point de partir pour Bordeaux, il loua une chambre du vaisseau à juste prix.
Un pauvre savant, qui s'appelait Martin, s'embarqua pour Bordeaux avec Candide. L'un et l'autre avaient beaucoup vu et beaucoup souffert,¨ de quoi s'entretenir¨ du mal moral et du mal physique pendant tout le voyage.
eu beaucoup de mal; parler
Cependant Candide avait un grand avantage¨ sur Martin, c'est qu'il espérait toujours revoir Mlle Cunégonde.
supériorité
"Mais vous,monsieur Martin," dit-il au savant, "que pensez-vous de tout cela? Quelle est votre idée sur le mal moral et le mal physique?"
"Monsieur," répondit Martin," je vous avoue qu'en jetant la vue¨ sur ce globe¨ je pense que Dieu l'a abandonné à quelque être¨ malfaisant"
regard; monde; créature
"Il y a pourtant du bon," répliqua Candide.
"Cela peut être," disait Martin, "mais je ne le connais pas".
On aperçut enfin les côtes de France.
"Avez-vous jamais été en France, monsieur Martin?" dit Candide.
"Oui," dit Martin, "j'ai parcouru¨ plusieurs provinces.Il y en a où la moitie des habitants est folle;¨ quelques-unes où l'on est trop rusé, d'autres où l'on est communément¨ assez doux et assez bête, d'autres où l'on fait le bel esprit; et, dans toutes, la principale occupation¨ est l'amour, la seconde de médire¨ et la troisième de dire des sottises."
traversé; idiote; en général; activité; dire du mal
"Mais, monsieur Martin, avez-vous vu Paris?"
"Oui, j'ai vu Paris; il tient de¨ toutes ces espèces¨ là;c'est un chaos, c'est une presse¨ dans laquelle tout le monde cherche le plaisir, et où presque personne ne le trouve".
ressemble à; genres; masse
En raisonnant ainsi, ils arrivent à Bordeaux.
Il y avait un petit vaisseau hollandais à la rade.¨ Candide fit son marché avec le patron hollandais pour le conduire sans délai¨ à Venise Dès qu“il fut à Venise, il fit chercher Cacambo dans tous les cabarets, dans tous les cafés et ne le trouva point. Il tomba dans une mélancolie noire.
port; immédiatement
Cependant les jours, les semaines s’écoulaient.¨ Un soir que Candide, suivi de Martin, allait se mettre à table avec les étrangers qui logeaient dans la même hôtellerie, un homme à visage couleur de suie l'aborda¨ par derrière, et, le prenant par le bras,lui dit: "Soyez prêt a partir avec nous; n'y manquez pas". Il se retourne et voit Cacambo. Il fut sur le point de devenir fou de joie. Il embrasse son cher ami.
passèrent; lui adressa la parole
"Cunégonde est ici, sans doute; où est-elle? Mène-moi vers elle, que je meure de joie avec elle."
"Cunégonde n'est point ici," dit Cacambo, "elle est à Constantinople."
"Que fait Cunégonde? Est-elle toujours un prodige¨ de beauté? M'aime-t-elle toujours? Comment se porte-t-elle?¨ Tu lui as sans doute acheté un palais à Constantinople?"
miracle; va-t-elle
"Mon cher maître," répondit Cacambo, "Cunégonde lave les écuelles¨ sur le bord de la Propontide, chez un prince qui a très eu d’écuelles; elle est esclave dans la maison d'un ancien souverain nommé Ragotski; mais ce qui est bien plus triste, c'est qu'elle a perdu sa beauté et qu'elle est devenue horriblement laide."
assiettes
"Ah! belle ou laide," dit Candide, "je suis honnête¨ homme, mon devoir est de l'aimer toujours".
et d'honneur
Candide se jeta dans une galère¨ avec ses compagnons, pour aller sur le rivage¨ de la Propontide chercher Cunégonde, quelque laide qu'elle pût être.
bateau ramé par des forçats; bord
Il y avait dans la chiourme¨ deux forçats¨ qui ramaient¨ fort mal, et à qui le patron appliquait¨ de temps en temps quelques coups sur les épaules. Candide,par mouvement¨ naturel, les regarda plus attentivement que les autres galériens, et s'approcha d'eux avec pitié. Quelques traits de leurs visages lui parurent avoir un peu de ressemblance¨ avec Pangloss et avec ce malheureux jésuite, ce baron, ce frère de Mlle Cunégonde. Cette idée l’émut¨ et l'attrista. Il les considéra¨ encore plus attentivement.
équipe; condamnes; faisaient avancer le bateau; donnait; tendance; caractéristiques de; émotionna; regarda
"En vérité, dit-il à Cacambo, je croirais que ce sont .."
Les deux forçats poussèrent un grand cri, s'arrêtèrent sur leur banc et laissèrent tomber leurs rames. Le patron accourait sur eux, et les coups redoublaient.
"Arrêtez, arrêtez, Seigneur," s’écria Candide, "je vous donnerai tant d'argent que vous voudrez."
"Chien de chrétien," répondit le patron, "puisque ces deux chiens de forçats chrétiens sont des barons et des métaphysiciens, tu m'en donnera cinquante mille sequins."
"Vous les aurez, Monsieur; ramenez-moi comme un éclair à Constantinople."
Pendant que Candide, le baron, Pangloss, Martin et Cacambo contaient leurs aventures, ils abordèrent¨ sur le rivage¨ de la Propontide à la maison du prince de Transylvanie. Les premiers objets qui se présentèrent furent
arrivèrent; bord
Cunégonde et la vieille, qui étendaient des serviettes plaçaient sur des ficelles¨ pour les faire sécher.
cordes
Candide les racheta toutes deux.
Cunégonde ne savait pas qu'elle était enlaidie, personne ne l'en avait avertie;¨ elle fit souvenir Candide de ses promesses avec un ton si absolu que le bon Candide n'osa pas la refuser.I l signifia¨ donc au baron qu'il allait se marier avec sa sœur.
informée; fit savoir
"Je ne souffrirai¨ jamais," dit le baron,une telle bassesse¨ de sa part et une telle insolence¨ de la vôtre. Tu peux me tuer, mais tu n'épouseras pas ma sœur de mon vivant".
tolérerai; manque d'honneur; manque de respect
Candide, dans le fond de son cœur, n'avait aucune envie¨ d’épouser Cunégonde. Mais l'impertinence extrême du baron le déterminait¨ à conclure¨ le mariage, et Cunégonde le pressait si vivement qu'il ne pouvait s'en dédire.¨
désir; décidait; faire; y manquer
Il consulte Pangloss, Martin et le fidèle Cacambo. Cacambo décida qu'il fallait le rendre au patron et le remettre aux galères, après quoi on l'enverrait à Rome au
père général¨ par le premier vaisseau. L'avis fut trouvé fort bon; la vieille l'approuva;¨ on n'en dit rien à sa sœur; la chose fut exécutée¨ pour quelque argent, et on eut le plaisir d'attraper¨ un jésuite et de punir l'orgueil¨ d'un baron allemand.
chef des jésuites; fut d' accord; réalisée; duper; prétention
Il était tout naturel d'imaginer qu’après tant de désastres,¨ Candide, marié avec sa maîtresse et vivant avec le philosophe Pangloss, le philosophe Martin,le prudent¨ Cacambo et la vieille, ayant d'ailleurs¨ rapporte tant de diamants de la patrie des anciens Incas, mènerait la vie du monde la plus agréable; mais il fut tant friponné¨ par les Juifs qu'il ne lui resta plus rien que sa petite métairie;¨ sa femme, devenant tous les jours plus laide, devint acariâtre¨ et insupportable;¨ la vieille était infirme¨ et fut encore de plus mauvaise humeur que Cunégonde. Cacambo, qui travaillait au jardin, et qui allait vendre des légumes à Constantinople, êtait excédé¨ de travail et maudissait¨ sa destinée.¨ Pangloss était au désespoir de ne pas briller dans quelque université d'Allemagne. Pour Martin, il était fermement persuadé¨ qu'on est également mal partout; il prenait les choses en patience.
catastrophes; réfléchi; d'autre part; dupé; ferme; difficile; irritant; invalide; surchargé; abominait; mauvaise fortune; d'opinion
Il y avait dans le voisinage¨ un derviche¨ très fameux qui passait pour¨ le meilleur philosophe de la Turquie; ils allèrent le consulter; Pangloss porta la parole, et lui dit: "Maître, nous venons vous prier de nous dire pourquoi un aussi étrange animal que l'homme a été formé."
environs; religieux musulman; avait la réputation d'être
"De quoi te mêles-tu,¨ " dit le derviche, "est-ce là ton affaire?"
t'occupes
"Mais, mon révérend père," dit Candide, "il y a horriblement de mal sur la terre."
"Qu'importe!¨ " dit le derviche, "qu'il y ait du mal ou du bien? Quand sa Hautesse envoie un vaisseau en Égypte, s'embarrasse-¨ t-elle si les souris qui sont dans le vaisseau sont à leur aise¨ ou non?"
Ce n'est pas important; se trouble; confortable
"Que faut-il donc faire?" dit Pangloss.
"Te taire.¨ " dit le derviche.
ne pas parler
"Je me flattais,¨ " dit Pangloss, "de me raisonner un peu avec vous des effets et des causes, du meilleur des mondes possibles, de l'origine du mal, de la nature de l’âme et de l'harmonie préétablie¨ "
espérais; déterminé
Le derviche, à ces mots, leur ferma la porte au nez.
Candide, en retournant dans sa métairie¨ fit de profondes réflexions¨ sur le discours du Turc. "Travaillons sans raisonner," dit Martin; "c'est le seul moyen de rendre¨ la vie supportable".¨
ferme; méditations; faire; acceptable
Toute la petite société entra dans¨ ce louable dessein;¨ chacun se mit¨ à exercer¨ ses talents. La petite terre rapporta¨ beaucoup. Cunégonde était à la vérité bien laide, mais elle devint une excellente pâtissière; la vieille eut soin du linge; et Pangloss disait quelquefois à Candide: "Tous les événements sont enchaînés¨ dans le meilleur des mondes possibles; car enfin, si vous n'aviez pas été chassé d'un beau château à grands coups de pieds dans le derrière pour l'amour de Mlle Cunégonde, si vous n'aviez pas été mis à l'inquisition, si vous n'aviez pas couru l’Amérique à pied, si vous n'aviez pas perdu vos moutons du bon pays d'Eldorado, vous ne mangeriez pas ici des cédrats¨ confits et des pistaches."
était d'accord avec; au bon intention; commença; réaliser; produisit; coordonnés; (certains fruits)
"Cela est bien dit," répondit Candide, "mais il faut cultiver notre jardin."