Le Classicisme

Index
1 La chanson de Roland
2 Le roman de Tristan et Iseut
3 Le Roman de Perceval ou le conte du Graal
4 Le roman de la rose
5 François Villon
6 Francois Rabelais
7 La pléiade
8 Michel de Montaigne
9 René Descartes et le rationalisme
10 Pierre Corneille
11 Molière
12 Blaise Pascal
13 Jean Racine
14 Jean de la Fontaine
15 Nicolas Boileau
16 Madame de la Fayette
17 Marivaux
18 L'Abbé Prevost
19 Voltaire
20 Montesquieu
21 Denis Diderot
22 Jean-Jacques Rousseau
23 Beaumarchais
24 Chateaubriand
25 Benjamin Constant
26 Alphonse de Lamartine
27 Alfred de Vigny

9. René Descartes et le rationalisme

9.1. Discours de la méthode

POUR BIEN CONDUIRE¨ SA RAISON ET POUR CHERCHER LA VÉRITÊ DANS LES SCIENCES¨
diriger; études
Le bon sens¨ est la chose du monde la mieux partagée.¨ Ce qu'on nomme le bon sens ou la raison,est naturellement¨ égale en tous les hommes; et ainsi que¨ la diversité de nos opinions ne vient pas de ce que les par le fait que les uns sont plus raisonnables¨ que les autres, mais seulement de ce que nous conduisons¨ nos pensées par diverses voies¨ , et ne considérons¨ pas les mêmes choses.
raison; distribuée; parle nature; comme; intelligents; dirigeons; routes; observons
Pour la raison,d'autant¨ qu'elle est la seule chose qui nous rend hommes et nous distingue¨ des bêtes, je veux croire qu'elle est tout entière¨ en chacun, et qu'il n'y a du plus ou du moins qu'entre les accidents¨ et non point entre les formes ou natures des individus d'une même espèce¨
Parce que la r.; différencie; totale; changements de la fortune; genre
Sitôt¨ que l'âge me permit de sortir de la sujétion¨ de mes précepteurs¨ je quittai entièrement l'étude des lettres;¨ et, me résolvant¨ de ne chercher plus d'autre science que celle qui pourrait se trouver en moi-même, ou bien dans le grand livre du monde,¨ j'employai le reste de ma jeunesse à voyager, et partout a faire réflexion¨ sur les choses qui se présentaient. Car il me semblait¨ que je pourrais rencontrer plus de vérité dans les raisonnements que chacun fait touchant¨ les affaires qui lui importent¨ que dans ceux que fait un homme de lettres¨ dans son cabinet.
immédiatement quand; tyrannie; professeurs; littérature; décidant; =la vie; réfléchir; je pensais; sur; importantes pour lui; savant
Le plus grand profit que j'en retirais était que voyant plusieurs choses qui,bien qu¨ 'elles nous semblent fort¨ extravagantes¨ et ridicules, ne laissent pas d’être¨ communément¨ reçues¨ et approuvées par d'autres peuples, j'apprenais à ne rien croire trop fermement de ce qui m avait été persuadé;¨ et ainsi je me délivrais¨ peu a peu de beaucoup d'erreurs.¨
malgré le fait que; très; anormales; sont pourtant; partout; acceptés; ici:appris; libérais; fautes
Mais, après que j'eus employé quelques années a lire ainsi dans le livre du monde¨ et a tacher¨ d’acquérir¨ quelque expérience, je pris un jour la résolution¨ d'étudier en moi-même.
pratique de la vie; essayer; avoir; décision
J’étais alors¨ en Allemagne. Le commencement de l'hiver m'arrêta en un quartier ou demeurais tout le jour enfermé dans un poêle¨ où j'avais tout le loisir¨ de m'entretenir¨ de mes pensées, entre¨ lesquelles l'une des premiers fut que je m'avisai¨ de considérer¨ que souvent il n'y a pas tant de perfection dans les ouvrages composés¨ de plusieurs, et faits de¨ la main de divers maîtres, qu'en ceux auxquels un seul avait travaillé. Ainsi je pensai que,les sciences des livres, s’étant composés et grossies¨ peu à peu des opinions de plusieurs personnes,ne sont point si approchantes¨ de la vérité que les simples raisonnements que peut faire naturellement¨ un homme de bon sens touchant¨ les choses qui se présentent.
à cette époque; chambre chaufé; temps libre; m'occuper; parmi; commençai; constater; faits; par; agrandies; près; par sa nature; sur
J'avais un peu étudie, étant jeune,entre les parties¨ de la philosophie,à la logique,et,entre les mathématiques,à l'analyse des géomètres¨ et à l’algèbre. Mais en les examinant¨ je pris garde¨ que, pour la logique, ses syllogismes et la plupart de ses autres instructions servent plutôt¨ à expliquer à autrui¨ les choses qu'on sait qu'à les apprendre. Puis,pour¨ l'analyse des anciens et l'algèbre des modernes, la première est toujours si astreinte ਠla considération¨ des figures, qu'elle ne peut exercer¨ l'entendement¨ sans fatiguer beaucoup l'imagination et on s'est tellement assujetti¨ en la dernière, à certaines règles et à certains chiffres, qu'on en a fait un art confus¨ et obscur qui embarrasse¨ l'esprit au lieu¨ d'une science qui cultive¨ de qui fut cause que je pensai qu'il la fallait chercher quelque autre méthode qui fût exempte¨ de leurs défauts¨ Et au lieu de ce grand nombre de préceptes¨ dont la logique est composée, je crus que j'aurais assez des quatre suivants, pourvu¨ que je prisse une ferme et constante résolution¨ ne manquer pas une seule fois à les observer.¨
domaines; science des espaces; étudiant; constata; mieux; aux autres; parlant de; occupée de; études; développer; intelligence; laissé dominer; imprécis; trouble; en place; développe; libre; imperfections; règles; à condition; décision; y obéir
Le premier était de ne recevoir¨ jamais aucune chose pour vraie que je ne la connusse évidemment être telle; 'est à dire d’éviter¨ soigneusement la précipitation¨ et la prévention et de ne comprendre rien de plus en mes jugements que ce qui se présenterait si clairement et si distinctement¨ à mon esprit que je n'eusse aucune occasion de le mettre en doute.
accepter; ne pas faire; hâte; clair
Le second, de diviser¨ chacune des difficultés que j'examinais en autant de parcelles¨ qu'il se pourrait et qu'il serait requis¨ pour les mieux résoudre.
couper; parties; nécessaire
Le troisième,de conduire¨ par ordre de mes pensées, diriger en commençant par les objets les plus simples et les plus aisés¨ à connaître, pour monter peu à peu, par degrés¨ jusqu’à la connaissance des plus composés.¨
décider; faciles; pas à pas; compliqués
Et le dernier, de faire partout des dénombrements¨ si entiers¨ et des revues¨ si générales¨ que je fusse assuré de ne rien omettre.¨
contrôles; complets; inspections; totales; oublier
Ce qui me contentait le plus de cette méthode était que, par elle,j’étais assuré d'user¨ en tout de ma raison, sinon parfaitement, au moins le mieux qu'il fût en mon pouvoir.¨
employer; capacités
Remarquant¨ que cette vérité: je pense, donc je suis, était si ferme et si assurée que toutes les plus extravagantes¨ suppositions¨ des sceptiques n’étaient pas capables de l’ébranler,¨ je jugeai¨ que je pouvais la recevoir¨ sans scrupule pour le premier principe de la philosophie que je cherchais.
constatant; bizarres; hypothèses; troubler; pensai; accepter
Je pensai que je devais aussi savoir en quoi consiste¨ cette certitude.Et ayant remarqué qu'il n'y a rien en tout ceci, je pense donc je suis, qui m'assure que je dis la vérité, sinon¨ que je vois très clairement que,pour penser,il faut être,je jugeai¨ que je pouvais prendre pour règle générale que les choses que nous concevons¨ fort¨ clairement et fort distinctement,¨ sont toutes vraies, mais qu'il y a seulement quelque difficulté a bien remarquer quelles sont celles que nous concevons distinctement.
de quoi se compose; excepté le fait; pensai; formons; très; nettement
´╗┐Je serais bien aisé¨ de poursuivre¨ et de faire voir ici toute la chaîne¨ des vérités que j'ai déduites¨ de ces premières; mais à cause¨ que, pour cet effet, il serait maintenant besoin¨ que je parlasse de plusieurs questions qui sont en controversions¨ entre les doctes¨ avec lesquels je ne désire¨ point me brouiller,¨ je crois qu'il sera mieux que je m'en abstienne.
content; continuer; suite; conclues; pour; nécessaire; discussion; savants; veux; être en désaccord
Je suis toujours demeuré¨ ferme en la résolution¨ de ne supposer¨ aucun principe autre que l'existence de Dieu et de l'âme.
resté; décision; accepter

Descartes.jpg>